Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Repas de morts de Dimitri Bortnikov

Dimitri Bortnikov
  Repas de morts

Né en 1968 en Russie, l’auteur est installé en France depuis 2000 et écrit pour la première fois en français avec "Repas de morts".

Repas de morts - Dimitri Bortnikov

La hache dans la glace
Note :

    Après deux géants des lettres russes, Pouchkine et Soljenitsyne, je voulais faire un billet sur un auteur russe contemporain.
   J’ai hésité entre deux auteurs Vladimir Sorokine qui m’avait estomaquée avec "Roman" et qui m’a énormément plu avec "Tourmente" son dernier roman chez Verdier mais je prends le risque de vous parler d’un auteur inconnu, ahurissant, russe mais écrivant en français et auteur d’un petit livre tout à fait stupéfiant.
   Tout au long de ma lecture j’ai hésité, j’ai été tentée de fermer ce livre : illisible mais toujours je l’ai rouvert pour rattraper cet auteur sur sa route vers les steppes et le passé.
   
   Premier avertissement les premières pages peuvent rebuter, mais allez-y, continuez, cela vaut la peine.
   
   Un retour vers le passé et la famille :
   la mère rongée par la culpabilité liée à son métier, elle a avorté des femmes et voit dans ses cauchemars les âmes des enfants jamais nés "Elle était faite pour soigner les morts. Son chef c’était la mort (...) et elle attendait que la mort vienne la soigner."
   
   L’auteur nous invite à un bal des revenants : le grand-père alcoolique qui a fait deux guerres "dans les forêts de Finlande" la grand-mère babouchka bienveillante "toi Babania...Toi ma vieille vielle grand-mère. Tant de gens ne savent pas que tu as vécu."
   Le père violent et autour d’eux la steppe ......."dans la steppe en hiver - l’agonie. Dans ce blanc - l’agonie."
   
   Tout vient s’entrechoquer : les saisons, l’Arctique, les amis, la prison, la guerre et par là-dessus la poésie plane "Et puis l’odeur du coucher de soleil. L’odeur du soleil endormi. Et l’herbe presque bleue."
   
   On perçoit dans les phrases haletantes les cris de douleur jusqu’à l’intolérable, la rage absolue, les mots vidés de leur sens, et l’on se sent tanguer à la lecture de ce texte qui interpelle chacun .
   "Toute la vie on cherche... Quelqu'un. Qui nous vivra après. Qui après notre mort recueillera notre âme. Quelqu'un devant qui t'as pas honte de crever. Quelqu'un à qui tu feras confiance quand il te murmurera - t'es mort."

   
   A ce repas de funérailles nous sommes conviés comme à une descente en enfer. C’est comme s’inviter à l’intérieur d’un tableau de Jérôme Bosch.
   
   Un écrivain qui crache, qui vomit les mots, un récit autobiographique aux antipodes des textes nombrilistes, Dimitri Bortnikov torture notre langue, il invente avec lyrisme, il nous choque au point de ne pas pouvoir oublier sa prose fascinante.
   A lui plus qu’à tout autre on peut appliquer les mots de Kafka :
    "Un livre doit être la hache qui fend la mer gelée en nous" à cela je laisse répondre Bortnikov "Deux ans de pôle Nord. Deux ans sur les rives du Styx glacé. Blanc à perdre la vue. Glaces…Je transe."
   
   Lisez ce livre difficile d’accès certes mais dont la libre écriture explose ligne après ligne, Bortnikov l’insoumis qui nous emporte de la Steppe glaciale à un Paris de solitude dans un long monologue.

critique par Dominique




* * *