Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Quatrième chronique du règne de Nicolas Ier de Patrick Rambaud

Patrick Rambaud
  L'idiot du village : Fantaisie romanesque
  Chronique du règne de Nicolas 1er
  Troisième chronique du règne de Nicolas Ier
  La bataille
  Deuxième chronique du règne de Nicolas Ier
  Quatrième chronique du règne de Nicolas Ier
  Cinquième chronique du règne de Nicolas Ier
  Tombeau de Nicolas Ier et avènement de François IV
  Le Maître

Patrick Rambaud, né à Paris le 21 avril 19461 est un écrivain français né en 1946.
Il a obtenu, en 1997, le Prix Goncourt ainsi que le Grand prix du roman de l'Académie française pour "La Bataille".
Il a été élu membre de l'Académie Goncourt en 2008

Quatrième chronique du règne de Nicolas Ier - Patrick Rambaud

Pamphlet Période 2009 – 2010
Note :

   Quatrième chronique, déjà, et toujours autant de matière pour débiner le Prince, mettre en évidence son ridicule et les cinq années stupéfiantes que les Français ont vécu. Il y en a eu des choses là encore :
   Dégringolade dans l’opinion, les vaccins contre la grippe porcine ; la blague de M. d’Hortefouille :
   Il en faut toujours un, reprit M. d’Hortefouille. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes (rires)."

   Le procès du Duc de Villepin, le recrutement de Monsieur Fredo  :
   « Peu de jours après, Monsieur Fredo se vit à la tête d’une commission impériale, d’où il se retira quand M. Le Cardinal de Guéant voulut lui imposer des parlementaires ; il envoya illico à Sa Majesté une carte postale à l’effigie du chien stupide de Lucky Luke, avec ces mots : "Sire, je ne veux pas être le Rantanplan de Votre Majesté." Sa Majesté en fut radieuse pendant une dizaine de jours, et montrait la carte à chacun : "Regardez ce que ce fou de Mitterand m’a envoyé!"»

   
   L’affaire de l’Epad ; l’entrée du Chevalier d’Ouillet en politique, la double rémunération et la promotion de M. Proglio à la tête d’EDF, l’affaire Woerth "Duc de Chantilly" :
   "Si M. Proglio incarnait la modestie, M. Woerth incarnait l’honnêteté. Cela se voyait à sa mine comme à sa mise, qu’il était incapable de ne point rapporter au commissariat le portefeuille trouvé dans la rue, sans en distraire un seul billet."

   Le débat sur l’Identité Nationale, le séisme haïtien, le fameux :
   "j’voudrais vous dire un mot de toutes ces histoires d’environnement, parce que là aussi, ça commence à bien faire."

   L’affaire Bettencourt …
   
   Cette "Quatrième chronique" se termine avec le démarrage, été 2010, des évènements de Grenoble qui amenèrent le discours du même nom…
   On souffre à la France à lire cette interminable liste de turpitudes, turpitudes qui furent notre lot quotidien de si longues années… On souffre mais on va faire en sorte de lire la "Cinquième Chronique"!

critique par Tistou




* * *