Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une femme fuyant l’annonce de David Grossman

David Grossman
  Une femme fuyant l’annonce
  Dès 06 ans: Les aventures d'Itamar
  Un cheval entre dans un bar

David Grossman (en hébreu : דויד גרוסמן ) est un écrivain israélien né en 1954.

Une femme fuyant l’annonce - David Grossman

Situation de sursis
Note :

   En commençant ce roman en 2003, David Grossman tentait, de façon prémonitoire, de protéger son fils Uri, vingt ans, qui effectuait son service militaire de trois ans dans l’armée israélienne. A chaque appel, celui-ci s’enquérait de la progression du livre et ne dédaignait point d’en alimenter le contenu en anecdotes relevées sur le terrain. Et puis, le dernier jour de la guerre au Sud Liban en août 2006, Uri, avec tout l’équipage de son blindé, fut tué par une roquette. Dès lors, l’écriture devint pour David Grossman un moyen pour survivre à la douleur, pour témoigner aussi de l’urgence à mettre fin à une incessante série de conflits entre israéliens et palestiniens.
   
   Il faut se laisser glisser dans ce très long roman, en accepter le rythme et les lacis infinis, les embranchements multiples qui mêlent avec subtilité, sans qu’on le remarque, le temps présent avec le passé, les souvenirs avec les émotions immédiates, la réalité vécue avec la psychose de ce qui pourrait advenir.
   
   La psychose est bien ce qui est au cœur de ce très beau livre. Peur collective des attentats qui déciment régulièrement et aveuglément la population israélienne et pousse à des mesures de représailles toujours plus sanglantes, plus brutales, la peur entraînant la soif de vengeance. Psychose aussi d’Ora, cette femme d’une cinquantaine d’années, qui redoute de façon irraisonnée, au tréfonds d’elle-même, la mort de son fils Ofer, engagé volontaire dans les blindés, le jour de sa démobilisation, dans une opération d’envergure censée durer vingt-huit jours.
   
   Alors, pour fuir ce qu’elle redoute, l’annonce que viendront lui faire trois soldats à n’importe quel moment, de la mort de son fils, pour le protéger de façon magique, elle décide de fuir de chez elle et de partir en Galilée effectuer la randonnée qu’elle avait prévue de faire avec Ofer en célébration de son retour à la vie civile.
   
   En chemin, elle ramasse Avram, son amour de jeunesse, celui qui est aussi le père d’Ofer et l’entraîne avec elle sur les sentiers hasardeux où ils vont tous deux tenter à la fois de conjurer le sort et de se reconstruire.
   
   On sait que la marche est propice à laisser divaguer ses pensées. On peut le faire in petto ou en dialoguant avec celui qui nous accompagne. Ora ne cessera de déverser les souvenirs qui la hantent. Tout d’abord parce qu’en parlant d’Ofer, elle espère que sa pensée le protègera d’une mort qu’elle redoute. Et puis, peu à peu, parce qu’elle parvient à apprivoiser Avram qui n’a jamais vu son fils, élevé par son meilleur ami, Ilan, le mari d’Ora. Un fils qu’elle veut inconsciemment lui faire aimer parce que l’amour est le seul remède pour se reconstruire.
   
   Ora et Avram sont deux écorchés de la vie, deux témoins muets de la difficulté à vivre dans un pays en état de quasi guerre permanente. Ils partagent de douloureuses tranches de vie depuis cette rencontre, adolescents, à trois, avec Ilan, hospitalisés parce que traumatisés par la guerre des six jours qui faisait alors rage.
   
   Au fil de la marche, ces tranches de vie vont remonter. Ces moments de joie, de souffrance, de grande peine aussi. Et puis, ces secrets enfouis, ces choses que l’on n’a jamais osé dire jusqu’ici mais que les circonstances et l’urgence, la détresse psychologique aussi, poussent enfin à dire, pour le meilleur comme pour le pire.
   
   On sort secoué de ce magnifique roman et l’on comprend mieux l’état d’esprit d’un peuple qui vit en situation permanente de sursis et de danger immanent.

critique par Cetalir




* * *