Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ce que savait Jennie de Gérard Mordillat

Gérard Mordillat
  Les vivants et les morts
  Ce que savait Jennie
  Jésus sans Jésus
  La brigade du rire

Gérard Mordillat est un romancier et cinéaste français né à Paris en 1949.


* Interview dans la rubrique "Rencontres"

Ce que savait Jennie - Gérard Mordillat

Le monde ouvrier, aujourd'hui
Note :

   Rentrée littéraire 2012
   
   Lorsque débute ce roman, Jennie a treize ans. Elle vit avec sa mère Olga, le compagnon de celle-ci Mike et sa demi-sœur Malorie, fille de Mike et Olga. Leur maison est située dans un terrain entre une voie ferrée et un terrain pollué, loin de tout. Toujours en chantier elle est encombrée de divers matériaux que Mike "récupère" à son travail. Les relations sont très fortes bien que tendues entre Olga et Jennie et seulement tendues entre Jennie et Mike. C'est dans cet univers familial pauvre que Jennie grandit, s'occupant de Malorie comme si elle était sa véritable mère.
   
   Lorsqu'on ouvre un roman de Gérard Mordillat, on se doute qu'il ne va pas raconter la vie d'une famille bourgeoise ou aristocratique. Il parle du monde ouvrier, du prolétariat, monde bien souvent délaissé par les écrivains. Il décrit une famille en proie au travail précaire, au chômage, aux difficultés de s'instruire, de se nourrir, d'élever ses enfants, à la promiscuité, aux relations sociales limitées, du début des années 2000 jusqu'à aujourd'hui. Caricatural? Pas sûr. Sûrement pas d'ailleurs. Peut-être des traits un peu accentués, mais c'est une contrainte pour tenir cette histoire en 200 pages. Jennie est présente et lumineuse tout au long de ce bouquin, même aux moments les plus douloureux, elle est là, et toujours sa présence illumine les phrases. C'est un vrai beau personnage qui traverse les épreuves en cherchant à avancer, qui n'est jamais vaincue. Et pourtant, il lui en arrive des chocs, de révélations en événements, de rebondissements en tragédies.
   
   Gérard Mordillat ne fait pas dans l'alambiqué. Son écriture est simple, directe, accessible ; phrases courtes, quelques descriptions de lieux ou de personnes (certaines sont terribles pour les décrits), dialogues. Tous les thèmes qui fâchent sont abordés : politique, chômage, travail des ouvriers mal rémunéré, licenciement et rémunération prohibitive des actionnaires, école, religion, même la télévision... L'auteur distille ses réflexions, ses perfidies tout au long des pages : c'est mordant, politiquement incorrect et tellement... jouissif, parce que bien dit!
   "Quand elle était petite, au catéchisme, le curé leur avait parlé de la résurrection et leur avait présenté des images de Jésus montrant les plaies de son supplice à saint Thomas. Elle avait été punie pour avoir demandé comment ressusciterait un homme mangé par un requin puisque le Seigneur avait ressuscité avec ses blessures. Devrait-il ressusciter avec les siennes? La question avait paru insolente." (p.56/57)

   
   Sans apporter de solutions, il appuie là où ça fait mal : l'école par exemple qui peine à jouer son rôle : donner sa chance à chacun quel que soit le milieu social, qui n'a plus le temps d'apprendre à réfléchir : "Qu'est-ce qu'on t'apprend à l'école? A être le meilleur, le plus performant, celui qui a les meilleures notes, celui qui rafle les prix... En réalité, on te dresse pour le marché. Pour te fourrer dans la tête l'idée de concurrence. (...) Ça sert à ça l'école. A faire de toi un type qui ne pourra pas penser en dehors de la concurrence et de la consommation. Question apprentissage de la liberté de penser, c'est pire que ce que faisaient les curés! C'est la voie royale de l'aliénation. Tu ne crois pas qu'on peut très bien vivre sans vouloir être meilleur que les autres?" (p.158/159)
   Et cette idée d'être le meilleur est tellement dominante que les parents le demandent instamment à leurs enfants. Pour avoir longtemps fait partie d'une fédération de parents d'élèves -j'arrête cette année, avoir de grands enfants permet de lever le pied sur certaines activités, mais bon, ça donne des cheveux blancs! On vieillit, aïe, aïe, aïe- je peux affirmer que peu de parents s'engagent mais que beaucoup revendiquent pour une plus belle réussite individuelle de leur rejeton et non pas de l'ensemble des enfants. Dommage, mais malheureusement prévisible, la société actuelle privilégie l'individu plutôt que l'ensemble.
   
   G. Mordillat n'est pas tendre avec les institutions, il ne critique point trop l'aide sociale à l'enfance, mon domaine d'activité, qui comme l'école, malheureusement, fait parfois ce qu'elle peut avec les moyens qu'elle a. Pas toujours facile de prendre en charge des enfants brisés par une famille explosée, qui le seront encore plus car totalement rétifs à des placements.
   
   Bon, revenons à notre Jennie après mes digressions : Elle fait face à toutes les adversités. Son personnage domine : une jeune fille rebelle, mais avec de bonnes raisons, pas juste pour faire comme les autres.
   
   Un roman de la rentrée littéraire qui devrait trancher avec le reste de la production par le monde qu'il décrit, par le contexte social et son héroïne "bouleversante et sublime" (4ème de couverture)
    ↓

critique par Yv




* * *



Trop
Note :

   C'est un roman qui plonge le lecteur dans un abîme de noirceur intense que rien n'éclaire ou atténue.
   
   Gérard Mordillat dresse le bilan d'une société en crise où les plus faibles se font broyer impitoyablement. Il n'y a pas d'espoir, jamais, l'histoire nous le rappelle jusqu'à la dernière ligne.
   
   Jennie évolue dans un monde d'adultes assez irresponsables dans une zone désertée de vie cohérente. Seule, incomprise, elle éprouve une passion maternelle pour ses frères et sœurs. Elle remplace leur mère qui brille par son absence en tout.
   
   Dans un enchaînement de situations plus catastrophiques et dramatiques les unes que les autres, Jennie voit son univers s'effondrer quand elle est séparée de ses frères et sœurs suite à un drame familial. Seule face à la vie, âgée de 23 ans elle tentera dans un voyage aux limites de la folie, de rendre les coups reçus.
   Dans son parcours dangereux, elle fait la connaissance d'un jeune homme que la vie a aussi meurtri.
   Ensemble, ils entament le voyage de la dernière chance.
   
   C'est lourd, pesant. L'accumulation excessive des drames dans toute cette folie humaine, empêche une certaine crédibilité dans les portraits des personnages.
   
   Le texte sans concession, devient à la longue une caricature de misérabilisme social qui n'apporte rien.
   
   La quatrième de couverture, importante pour donner l'envie de lire, est très déconcertante puisqu’elle raconte la deuxième moitié du livre.

critique par Marie de La page déchirée




* * *