Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Autobiographie d’un lecteur de Pierre Dumayet

Pierre Dumayet
  Autobiographie d’un lecteur

Autobiographie d’un lecteur - Pierre Dumayet

Lecture à la télé
Note :

   "Je n'avais pas compris que lire servait à apprendre. Je croyais que lire servait à lire exclusivement. Je crois n'avoir pas changé."
   
   C’était le temps de "la Piste aux étoiles", des médicales d’Etienne Lalou et Igor Barrère, le temps de "Cinq Colonnes à la une" et de "Lecture pour tous".
   Encore enfant je n’ai retenu que Roger Lanzac en Monsieur Loyal et c’est plus tard que je conversai avec Pierre Dumayet à travers toute une série d’émissions faisant la part belle aux livres et aux lecteurs.
   
   Plus riche et plus varié que de simples échanges autour des livres on trouve dans cette autobiographie : les débuts de la télévision avec ses grands noms : Pierre Lazareff, Pierre Desgraupes, la période noire où ils furent tous évincés après Mai 68 "Pour avoir joué avec le ballon, je fus puni : privé d'antenne pendant un an. Interdit d'antenne, plus exactement." dont il garde malgré tout un bon souvenir. Mais la plus grande place est occupée par les livres et les émissions littéraires.
   
   Lecteur compulsif, acharné il va se passionner pour les textes et les donner à lire à des personnes de toutes conditions, de toutes provenances, des lecteurs à qui l’on ne donne jamais la parole et qui ont pourtant tant de choses à dire. Pour lui il n’y a pas de bon lecteur, il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de lire, les œuvres se suffisent à elles-mêmes.
   
   Il se méfie des lectures un peu trop doctes, un peu trop savantes, il est plus proche des sauts et gambades de Montaigne que de l’érudition des universitaires. Le livre est pour tous, pour l’ouvrier qui lit Germinal, pour l’agricultrice qui se plonge dans Madame Bovary, pour les clients d’un troquet de Belleville qui vont lire ou se faire lire l’Assommoir.
   
   Il sait vous donner envie de relire, je vous défie d’ouvrir Dumayet et de ne pas aller retrouver Madame Bovary, je n’ai pas pu... Il a une façon bien à lui d’éclairer une œuvre, il peut être sévère mais toujours il invite à découvrir les grandes figures littéraires et les grandes oeuvres : Flaubert toujours, Colette, Raymond Queneau, ou François Mauriac. qui appelait Dumayet "le Diable"
   
   Des émissions littéraires ? "Lire c’est vivre", "Lire et écrire", cela aurait pu servir de titre à ce livre.
   
   Il s’interroge sans relâche : pourquoi Van Gogh lisait-il Tartarin de Tarascon, il vous invite chez Michaux mais également chez la Comtesse de Ségur, sans a priori, pour faire des comparaisons, pour décoder les secrets du style d’un auteur "la peau du texte".
   
   Ce goût et cet éclectisme vont nous valoir des grands moments de télévision, d’intelligence, de malice parfois. Il a même réussi à consacrer une émission entière à une seule phrase du Talmud, je regrette de ne l’avoir jamais vue!!
   
   C’est vivant, excitant, la mémoire joue à plein et il y a quelques passages très réjouissants comme celui où il explique ses démêlés avec Epicure, ou sa lecture des Trois Mousquetaires. Il a une conviction forte :
   "Tous les textes peuvent se lire comme si nous étions leurs contemporains"

   
   Grâce à ce livre j’ai ajouté à ma liste de lecture ou de relecture : "Le Dernier des justes" de Schwarz-Bart et "les Récits hassidiques" de Martin Buber.

critique par Dominique




* * *