Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les apparences de Gillian Flynn

Gillian Flynn
  Les lieux sombres
  Les apparences

Gillian Flynn est une écrivain américaine, ancienne critique de télévision.

Les apparences - Gillian Flynn

Parfois trompeuses…
Note :

   Rentrée littéraire 2012
   
   Victimes de la crise financière, et alors qu’ils ont tous les deux perdu leur emploi, Nick et Amy ont quitté Manhattan pour s’installer dans le Missouri où Nick a grandi, et où il peut s’occuper de sa mère mourante et de son père qui perd la tête. Il ouvre un bar avec sa sœur jumelle, grâce à l’argent de sa femme, bien qu’Amy et Go ne s’apprécient guère.
   Le roman commence alors que Nick et Amy s’apprêtent à fêter leurs cinq ans de mariage. Mais alors qu’il est sorti, son voisin l’appelle pour lui dire que la porte de chez lui est restée grande ouverte et que le chat est dehors.
   Quand il arrive sur les lieux, non seulement sa femme a disparu mais il semble qu’elle soit partie précipitamment, le fer à repasser étant en effet toujours branché. Chose encore plus inquiétante : la table basse est en mille morceaux.
    Quand il essaie de la joindre, son portable ne répond pas … Alors Nick appelle immédiatement la police. Amy n’aurait en effet jamais quitté la maison en laissant des ustensiles en marche et la porte ouverte. Deux inspecteurs sont dépêchés sur les lieux. Très rapidement les flics le soupçonnent… L’affaire s’emballe d’autant que la presse s’en empare. Nick est alors obligé de prendre un avocat, habitué à défendre les causes désespérées…
   
   Autant ne rien dire de plus. Ce polar est absolument haletant et vertigineux. On peut juste dire que ce récit alterne le récit de Duck qui vit la disparition de sa femme au jour le jour et le journal d’Amy, qu’elle a tenu depuis leur rencontre…
   
   Les apparences sont parfois trompeuses… Et on n’est pas au bout de notre surprise à la lecture de cet excellent polar, publié chez Sonatine, dont la publicité n’est plus à faire… Cette maison d’édition déniche en effet toujours des auteurs de romans policiers talentueux.
   ↓

critique par Éléonore W.




* * *



Méfiez-vous d'elles !
Note :

    On ne se méfie jamais assez des apparences et Gillian Flynn dans un récit habile à la construction maîtrisée, nous sert une diabolique leçon de perversion et de manipulation.
   
    C'est l'histoire d'un couple de journalistes New-Yorkais, Nick et Amy. Ils sont jeunes, beaux, arrogants et ont la vie devant eux.
   
    Amy est issue d'une famille aisée et ressemble à la petite fille modèle créée par ses parents écrivains, Nick lui vient du Missouri un coin paumé rempli de bouseux.
   
    La crise économique passant par là, ils se retrouvent sans travail et contraints de quitter New-York.
   
    Ils s'installent dans le Missouri où Nick ouvre un bar avec sa sœur jumelle et Amy, en bonne épouse, s'adapte aux habitants et au coin.
   
    Jusqu'à leur 5ème anniversaire de mariage, ils représentent le couple parfait. Mais ce jour là, Amy disparaît mystérieusement.
   
    Une enquête est menée et très vite indices et témoignages accusent Nick de meurtre.
   
    Le récit psychologiquement fouillé alterne deux voix, celle de Nick et celle d'Amy.
   
    La lecture du journal intime d'Amy est une plongée effrayante dans la tête d'un personnage psychotique effrayant.
   
    Chaque récit donne des explications et un point de vue de l'affaire et des protagonistes.
   
    Le lecteur est bousculé et plonge littéralement dans un abîme de mensonges, de faux-semblant, de coups de théâtre et de remous diaboliques.
   
    L'auteur possède un vrai talent pour tisser un suspense où l'opacité psychologique fait frémir jusqu'à la dernière ligne bien plus qu'une pure enquête de meurtre.
   
    Alors que l'on croit enfin que les éléments de cette disparition sont éclaircis, ils s'affrontent encore une fois dans une fin ultime et terrifiante.
   
    Malgré quelques longueurs , on reste accroché à ces deux personnages qui jouent de l'apparence et des sentiments.

critique par Marie de La page déchirée




* * *