Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

C comme: Pleine lune de Christophe Chabouté

Christophe Chabouté
  C comme: Un peu de bois et d'acier
  C comme: Tout seul
  C comme: Purgatoire
  C comme: La Bête
  C comme: Pleine lune
  C comme: Construire un feu

Christophe Chabouté est un auteur et dessinateur de bande dessinée français né en 1967.

C comme: Pleine lune - Christophe Chabouté

One-shot
Note :

   Une fois de plus le magnifique dessin en noir et blanc de Chabouté m’aura séduite.
   
   Ce vrai noir, brut, profond, sans nuance, d’où émerge le blanc des silhouettes et des visages m’impressionne encore plus que l’histoire elle-même, manichéenne à souhait, le bien d’un côté, le mal de l’autre, sans concession là encore et comme le personnage central est tout entier haïssable, le détester m’a fait plaisir et je me suis régalée de la succession de malheurs que cette nuit de pleine lune lui a infligés.
   
   Il est si odieux, raciste, franchouillard, méchant et borné, cet Edouard Tolweck qui travaille pour le CPAM, la CAF ou l’URSSAF, au choix, et qui joue au petit chef abusant de son autorité!
   
   Ce soir-là, il n’a qu’une idée en tête: voir son match de foot à la télé, seul chez lui comme toujours, devant son éternelle boîte de cassoulet. C’est sans compter sur l’ordre de dernière minute imposé par son supérieur qui lui confie une lettre à porter immédiatement à l’adresse indiquée: un terrain vague plein de roulottes.
   
   A partir de ce moment, toute une série de quiproquos et de méprises font de lui un homme chassé, un fugitif. La monde de la nuit tout entier est contre lui, jusqu’aux animaux, éléphant et cerf, qui se mêlent à la chasse à courre. De trains de nuit en cabines de routiers, il finit par rentrer à Bourville, près de chez lui, grâce à la bienveillance d’un émigré et de son vélo moteur qu’il remercie d’un «Retourne dans ton pays» tonitruant.
   Mauvais il est, mauvais il restera.
   
    Les deux premières pages, totalement muettes, sont admirables. Ce soir-là, un chien errant s’est glissé parmi les passants jusqu’à la boîte aux lettres de l’Urssaf pour uriner dessus. On n’en comprend l’importance qu’en les relisant, une fois l’histoire terminée.
   
   Mais celles qu’il ne faut surtout pas manquer, ce sont les trois dernières qui replacent le récit dans un autre domaine, inattendu et justifié. Après tout, il s’agissait d’une nuit de pleine lune!

critique par Mango




* * *