Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le siège de l’église Saint-Sauveur de Goran Petrovic

Goran Petrovic
  Sous un ciel qui s’écaille
  Le siège de l’église Saint-Sauveur
  Atlas des reflets célestes
  Soixante neuf tiroirs

Né en Serbie à Kraljevo en 1961, Goran Petrovic a fait des études de lettres à la faculté philologique de Belgrade. Avant d’être éditeur, il a été bibliothécaire, puis directeur de collection. Très tôt, il s’essaie à la poésie sans succès et se lance dans le roman. Une dizaine dont trois traduits en français : "Soixante-neuf tiroirs" (2003), "Le siège de l’église Saint-Sauveur" (2006), "Sous le ciel qui s’écaille" (2010).

Le siège de l’église Saint-Sauveur - Goran Petrovic

Comme un conte serbe
Note :

   Où il est question d’un monastère, celui de Žitča au carrefour des luttes entre Venise et Byzance. La chronique commence au 13e siècle. Saint Sava, de retour de Nicée où l’empereur de Byzance et le patriarche l’ont autorisé à devenir le premier archevêque de l’église autonome serbe, a fait vœu d’achever la construction du narthex de son monastère. Il a rapporté de son voyage quatre fenêtres qui donnent sur le présent, le présent distant, le passé et le futur ainsi qu’une plume d’ange! Après avoir accompli sa tâche il se retire pour méditer et confie à l’higoumène la marche du monastère et la plume, qu’il cache dans sa barbe.
   
   Soixante-dix ans plus tard, le monastère doit faire face à une attaque du chef des Bulgares Chichman et de son allié Altan, dans le but de s’emparer de la plume magique. Comment de pauvres moines peuvent-ils résister devant une telle armée? Seule la force de la prière peut les sauver. Le miracle se produit, le monastère s’élève dans les cieux à une hauteur suffisante pour échapper aux manigances des barbares. Pour Chichman c’est une déconvenue totale, il faut par tous les moyens réussir à atteindre le monastère en lévitation. En haut comme en bas, tous s’acharnent à trouver des solutions à leurs problèmes en faisant preuve d’ingéniosité.
   
   L’histoire de cette fameuse plume tant convoitée remonte à 1204 au temps du doge Dandolo qui avait utilisé la IVe croisade qui stationnait à Venise pour s’emparer de Constantinople et surtout du manteau miraculeux, don d’un chef scythe aux empereurs byzantins, fait de plumes d’oiseaux. Ce conte qui puise dans le réalisme magique fait appel à la dimension onirique, les rêves sont le territoire où le temps se déploie dans tous les sens, les conduites miraculeuses se jouent de la réalité, la rendent mystérieuse. La nature participe à cette magie par sa puissance et son pouvoir de détourner le cours des choses. Un texte éminemment poétique.
   
    A chacun de ces trois romans de Goran, Petrovic, un style, une manière de raconter, une immersion dans la pensée balkanique entre Orient et Occident.

critique par Michelle




* * *