Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

13, rue Thérèse de Elena Mauli Shapiro

Elena Mauli Shapiro
  13, rue Thérèse

13, rue Thérèse - Elena Mauli Shapiro

Du plus et du moins dans ce roman d'hier et d'aujourd’hui
Note :

   Rentrée littéraire 2012
   
   Présentation de l'éditeur :
   
    « Trevor, un professeur américain qui vient d’emménager à Paris, découvre dans son bureau une vieille boîte remplie de lettres d’amour, de photos jaunies, et de souvenirs : des gants, des pièces de monnaie, un mouchoir en dentelle… Tous racontent la vie de Louise Brunet, une Française ayant vécu au 13, rue Thérèse pendant la Grande Guerre.
   L'universitaire commence à reconstituer l'histoire de la jeune femme : son amour indomptable pour son cousin mort au combat, son mariage de convenance avec un homme travaillant pour son père, et sa liaison avec un voisin. Mais alors que Trevor tombe peu à peu amoureux de la charmante et fougueuse Louise, une autre Française, bien vivante celle-là, compte bien le séduire et le garder près d'elle.
   Le temps passe, la passion demeure. »

   
   
   Mon avis:
   
   L’histoire racontée ici se déroule entre le Paris d'aujourd’hui et celui de la Grande Guerre. Deux époques qui se mêlent autour d’un objet trouvé par le personnage principal, une vieille boîte remplie d’objets et de lettres ayant appartenu à une femme au destin singulier.
   
   C’est étrange: ce roman, en grande partie épistolaire, m’a tout de suite fait penser à ces sujets de rédaction d’autrefois dont l’intitulé aurait pu être : Vous découvrez un jour, dans votre grenier, une boîte de lettres très anciennes, avec quelques photographies et autres objets symboliques datant pour la plupart de la première guerre mondiale et adressées à une certaine Louise Brunet habitant à Paris, au 13, rue Thérèse. Racontez.
   
   L’imagination de la romancière américaine s’est enflammée autour de ce thème au point de créer l’illusion de la réalité. Les échanges de lettres sont émaillés de photographies montrant les hommes dans les tranchées, les objets fétiches qu’on ne quitte jamais et des reproductions de lettres reçues.
   Le montage est habile qui vise avant tout à nous faire croire à la réalité des faits et je suis tombée dans le panneau, heureusement parce que, en lectrice avertie, je sais que c’est encore la meilleure façon d’éprouver du plaisir pendant sa lecture. Comme les enfants écoutant les contes, il faut s’identifier à l’un des personnages et le mettre en garde quand il le faut, le pousser à agir quand il hésite, bref jouer le jeu en somme! L’esprit critique viendra après, toujours bien assez tôt mais il ne se laissera pas oublier!
   J’ai été Louise longtemps, la petite cousine adorée, la fiancée douloureuse, la femme mariée mais stérile, la musicienne aimée en secret, la pénitente scandaleuse et enfin l’amante passionnée et sensuelle du trop beau voisin.
   
   Tout est mis en œuvre pour intéresser le lecteur à cette vie de femme qui ne se dévoile qu'à travers les autres. L’auteur cherche à tout prix à surprendre et à déstabiliser.
   
   Le point noir pour moi cependant a été l’encadrement de cette fiction par celle de l’universitaire traducteur qui découvre dans son bureau la boîte pleine de souvenirs et qui décide d’enquêter. Derrière lui encore se cache sa secrétaire, Josianne. Ne serait-ce pas elle qui, en définitive, tire les ficelles, mais qui est-elle vraiment? Que faut-il comprendre? Trevor a-t-il perdu la tête?
   J'ai fini par perdre un peu le fil de l'histoire, à vrai dire, avec une fin un peu trop tarabiscotée à mon goût.
   
   Elena Mauli Shapiro est née et a grandi à Paris, dans un appartement situé juste en-dessous de celui de l'héroïne de son roman, Louise Brunet. Elle a réellement trouvé la boîte mystérieuse où celle-ci conservait ses souvenirs. Les objets et lettres qu'elle y a dénichés ont enchanté son imagination.
    « La Louise Brunet dépeinte à l’intérieur est fictive. La vraie a disparu à jamais. Pourtant, elle m’a offert les étoiles. J’ai simplement dessiné les constellations. » (Postface de l’auteur)

critique par Mango




* * *