Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le fiasco du labrador de Margaret Atwood

Margaret Atwood
  Faire surface
  Captive
  La femme comestible
  La servante écarlate
  L'odyssée de Pénélope
  Mort en lisière
  Le fiasco du labrador
  C’est le cœur qui lâche en dernier
  Les testaments

Margaret Eleanor "Peggy" Atwood est une écrivaine canadienne née en 1939.
Elle a reçu le Prix Franz Kafka en 2017.

Le fiasco du labrador - Margaret Atwood

Une vie éclatée
Note :

   Une vie éclatée en mille morceaux, c’est ce que nous raconte la canadienne Margaret Atwood. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on a du mal à recoller les morceaux! Ils peuvent se lire à la limite indépendamment les uns des autres mais l’ouvrage constitue un tout. Pour autant, parvenu à la fin des 11 "nouvelles", je m’avoue un peu perplexe quant à la cohérence du tout et avoir du mal à articuler l’ensemble.
   
   Individuellement chaque nouvelle est agréable à lire, style et propos, ça me plait. Mais, quelques jours après avoir refermé "Le fiasco du Labrador", je suis même bien en peine d’en faire une critique consistante! Embêtant ça.
   
   Le personnage principal de tout ceci est Nell, la narratrice. Narratrice au même titre que Margaret Atwood, d’où l’idée que Nell...?
   
   Elle nous confie des morceaux de son enfance, sa vie de jeune femme, de femme mariée, de femme plus vieille, avec des incidences plus ou moins marquées vers des sujets en rapport avec sa vie, vers ses parents, jeunes et vieux. Encore une fois, chaque morceau m’a intéressé. Mais les agencer? Pas facile. Elle nous perd, Margaret, et c’est dommage...
   
   Nell. Son mari Tig. Oona, l’ex de Tig. Lizzie la sœur de Nell. La mère et le père de Nell et Lizzie. Des collègues de travail du père de Nell. Des aventuriers en quête de nature vierge au Labrador (le fameux fiasco), ... des protagonistes variés qui sont censés tous se ramener d’une manière ou d’une autre à Nell. Mais Dieu que c’est épars!

critique par Tistou




* * *