Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Cherche jeunes filles à croquer de Françoise Guérin

Françoise Guérin
  Mot compte double
  A la vue, à la mort
  Un dimanche au bord de l'autre
  Cherche jeunes filles à croquer
  Les enfants de la dernière pluie
  Quatre carnages et un enterrement*

Françoise Guérin est une psychologue et auteure française de romans policiers, née à Lyon en 1966.

Cherche jeunes filles à croquer - Françoise Guérin

Le retour de Lanester (pas la ville)
Note :

   Lorsqu'il reçoit une confirmation de réservation pour un hôtel de Chamonix, Eric Lanester, commandant de la police criminelle de Paris spécialisé en profilage, croit à une erreur : il n'a aucune intention de partir en vacances, et encore moins à la montagne, d'autant que cela l'obligerait à s'éloigner de sa psy, de son chat, Walesa, qui est en fait une chatte, et surtout de sa petite amie, Léo. Mais il n'est nullement question de vacances : Lanester est envoyé pour enquêter. En quelques mois, plusieurs jeunes filles ont disparu dans les environs de Chamonix. Toutes souffraient d’anorexie mentale et étaient soignées dans une prestigieuse clinique spécialisée dans les troubles alimentaires. L’enquête menée par la gendarmerie n’ayant rien donné, les familles des victimes, désemparées, réclament l’intervention du commandant Lanester. Le voici donc dépêché sur les lieux avec son équipe de criminologie analytique, chargée de reprendre toute l’enquête pour établir un profil. Mais comment faire, lorsqu'il n'y a pas de corps, pas de scènes de crimes et donc, potentiellement, pas de meurtre?
   
   D'emblée, ce roman attire par son titre en forme de petite annonce, titre mystérieux qui ne révélera son double sens qu'à la toute fin, avec une jolie trouvaille. L'écriture est tout de suite vive et agréable, avec une pointe d'humour désabusé qui colle bien au personnage de Lanester, récurrent sous la plume de Françoise Guérin. L'intrigue est originale et s'intéresse à un sujet difficile à traiter sans tomber dans l'excès : les troubles alimentaires à l'adolescence. Néanmoins, et c'est un reproche qu'on pourrait adresser au roman dans son ensemble, ce thème est traité de façon un peu trop psychologisante (ce qui est logique, puisque l'auteur est psy) et par conséquent crée des digressions et des longueurs superflues, que l'on retrouve dans les conversations entre le héros et sa psy, parfaitement inutiles et ennuyeuses. A titre d'exemple, les jeunes disparues souffrent toutes d'anorexie mentale, qui équivaut à ce que le grand public appelle simplement l'anorexie, mais l'explication du terme médical intervient très tard dans le roman.
   
   Par ailleurs, le choix d'un polar à l'ancienne est plutôt agréable et audacieux, au moment où les auteurs les plus en vue rivalisent dans le glauque, le macabre et le sordide. Et même si le profilage, qui est censé être la spécialité du héros, reste finalement peu exploité, l'ensemble est assez rafraîchissant et le travail des enquêteurs, gendarmes et policiers, est bien rendu, avec une recherche d'authenticité manifeste. Cependant, le principal défaut du roman est son manque de rythme : force est de constater qu'il ne se passe rien durant les deux premiers tiers du roman, tandis que le dénouement est quasiment bâclé et laisse le lecteur sur sa faim. Un déséquilibre qui désavantage donc énormément ce polar de facture classique, bien construit et aux personnages complexes et fouillés, mais trop long et assez dérangeant vers la fin, ce qui risque de rebuter les lecteurs les plus sensibles.
   ↓

critique par Elizabeth Bennet




* * *



Noir en montagne
Note :

   Un polar en lien avec les alpages et la montagne.
   
   Suspense montagnard en compagnie d’un inspecteur que je n’avais jamais eu la joie de rencontrer : Eric Lanester. Bon d’accord il est parisien mais il va lui falloir partir en Haute-Savoir pour enquêter sur des disparitions inquiétantes, ce n’est pas ce qu’il préfère mais bon son équipe est un peu sur la corde raide alors pas question de faire la fine bouche!
   
   La vallée de Cham (oui c’est Cham pour les gens du coin) peut se révéler difficile à explorer et pas seulement à cause du climat.
   
   Notre inspecteur a dans les pattes un Commandant Pierrefeu le gendarme local qu’il jetterait bien au fond d’une crevasse mais il se retient.
   
   Des jeunes filles ont disparues, des disparitions remontant parfois à plusieurs années, un peu trop pour mettre ça sur le compte d’une coïncidence, elles étaient toutes suivies dans une clinique spécialisée dans la prise en charge de l’anorexie. La maladie n’explique pas ces disparitions en série. Aucun corps n’a été retrouvé ce qui a orienté l’enquête plutôt vers des fugues, une fugue ça va mais plus...
   
   Quelle plaisir que ce polar, j’ai beaucoup aimé Lanester qui dit avoir pris un abonnement psy, pensez donc : il est profiler mais sous psychothérapie, sa petite amie est infirmière psy et son frère un brin psychotique, heureusement son chat Walesa est normal lui! En route pour une enquête auprès du personnel de la clinique, des familles sans oublier de tenter de se faufiler dans la tête de ces jeunes filles
   
   C’est réussi, on marche à fond et voilà une façon intelligent de dire quelque chose de cette maladie si éprouvante qu’est l’anorexie, de nous en faire approcher de façon simple et empathique. Il y a quelques passages un peu trash mais le paysage aidant...

critique par Dominique




* * *



Se dévore avec appétit
Note :

    Drôle d'affaire quand même. Des disparues, mais pas de corps. Même pas sûr qu’elles ne soient pas en train de vivre leur vie tranquillement, tiens. Le commandant Lanester obéit cependant à son chef et quitte Paris, son chat Walesa, la rousse Léo qui lui trotte dans la tête, et sa psy Jacinthe, pour Chamonix et ses environs. Plusieurs jeunes filles manquent à l'appel depuis quelque temps, elles ont en commun d'avoir séjourné dans un établissement de traitement de l'anorexie. Gendarmerie et police reprennent l'enquête.
   
   Un polar que je vous mets au défi de lâcher, sauf pour de légitimes raisons physiologiques. Une fois que j'ai eu compris que Lanester n'était plus aveugle, tout a roulé! L'auteur est psychologue clinicienne et son roman ne se contente pas d'offrir une enquête haletante, bien découpée, sans temps morts, mais il informe petit à petit sur l'anorexie (non, pas de cours théorique) et franchement c'est une horrible maladie... Lanester traîne quelques casseroles psy et le debriefing avec Jacinthe tout du long de l'enquête est bien intéressant. Fort heureusement Lanester et sa fine équipe, bons professionnels par ailleurs, apportent un poil d'humour bienvenu.
   
    Le titre, excellent, ne se comprend qu'à la fin. Motus.

critique par Keisha




* * *