Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le vagabond américain en voie de disparition de Jack Kerouac

Jack Kerouac
  Visions de Gérard
  Vraie blonde et autres
  Les souterrains
  Maggie Cassidy
  Sur la route
  Big Sur
  Le vagabond américain en voie de disparition
  Les clochards célestes
  Les anges vagabonds
  Docteur Sax
  Tristessa
  Pic
  Le vagabond solitaire
  Underwood Memories
  Vieil Ange de Minuit
  Journaux de bord (1947/1954)
  La vie est d’hommage
  Satori à Paris

Jack Kerouac est un écrivain et poète américain né en 1922 dans le Massachusetts et mort en 1969 à en Floride. Il compte parmi les membres les plus importants du mouvement de la Beat generation en littérature.

On a aussi beaucoup écrit sur Kerouac:
* "Jack Kerouac half back" de Fausto Batella
* "Jack Kerouac, Breton d'Amérique" de Patricia Dagier et Hervé Quéméner
* "Kerouac" d'Yves Buin
* "Sad Paradise" de René Tanguy

Le vagabond américain en voie de disparition - Jack Kerouac

Eloge du vagabond
Note :

   Kerouac déplore qu’avec l’accroissement de la surveillance de la police sur les lieux publics, routes, gares, plages, le chemineau disparaisse totalement des pays industrialisés.
   
    Ce texte est un hymne aux vagabonds célèbres ou anonymes. J’y ai vu un poème à la liberté, au vivant, à l’errance, à l’homme à pied, sans liens et sans attaches, au vagabond, cette espèce en voie de disparition transformée en clochard dans les villes.
   
   Lui-même se dit ancien vagabond d’une espèce particulière car il savait qu’un jour ses efforts seraient récompensés. Il avait de l’espoir en pensant à l’avenir. Les vrais vagabonds ne pensent qu’au présent.
   «Un chapeau sur la tête et un sac sur le dos,
   Mon bâton, le vent frais, la lune dans le ciel.»
   
   
Honneur tout d’abord aux premiers américains sous le signe de Whitman, Jim Bridger, Johnny Appleseed et à leurs cabanes en tôles et en planches, dans la solitude totale de la nature.
   «A l’époque de Bruegel, les enfants dansaient autour du vagabond ; il portait d’énormes haillons et il regardait toujours droit devant lui, indifférent aux enfants.»

   Maintenant les enfants s’écartent de ces hommes qui passent sur les chemins. Les parents les ont mis en garde.
    Adieu au vagabond chaplinesque.
   Adieu au vieux vagabond de la Divine Comédie. «Le vagabond, c’est Virgile, il fut le premier de tous.»
   
   Ont mené par moments des existences de vagabond dans leur vie :
   Benjamin Franklin, en Pennsylvanie.
   John Muir «qui est allé dans les montagnes, la poche pleine de morceaux de pain sec qu’il trempait dans les rivières.»
   Whitman, en Louisiane, «quand il cheminait sur la grand route.»
   Et le vagabond noir, un solitaire des montagnes du sud, le dernier vestige des clochards de Bruegel.
   Et le vieux Zacatecan Jack, le Saint Errant.
   Et Vachel Lindsay, le troubadour vagabond, qui vend ses poèmes pour se nourrir.
   L’avion désormais crucifie le vagabond qui doit maintenant se cacher.
   Plus de Jean Valjean jetant son sou au petit Savoyard.
   Plus de Beethoven, le vagabond sourd.
   Plus de Einstein, le vagabond, avec son pull-over en agneau à col roulé.
   Plus de Bernard Baruch, «le vagabond sans illusion, assis sur un banc dans un jardin public, avec, à son oreille, un appareil en plastique qui lui permettait de capter les voix.»
   Plus de Serge Essénine, vagabond prestigieux de la Révolution russe
   Plus de Li Po, le vagabond puissant, le poète chinois.
   «Jésus fut un vagabond étrange qui marchait sur l’eau-
   Boudha fut aussi un vagabond qui ne prêtait aucune attention aux autres vagabonds.
   Le Chef Pluie-Au-Visage, plus sinistre encore.-
   W.C. Fields, Véhicule de Diamant.»

   
   Le vagabond est un être de fierté mais après avoir passé en revue différents endroits de New York et de quelques autres grandes villes parmi lesquelles Paris où les clochards sont respectés, Kerouac met un point final à sa revue sur cette amère constatation expliquant la disparition de cette espèce rare des fiers vagabonds :
   «Les bois sont remplis de geôliers.»

   
   Magnifique texte à lire de préférence hors traduction.

critique par Mango




* * *