Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

A comme: D, tome 2, Lady d'Angerès de Alain Ayroles

Alain Ayroles
  A comme: D, tome 1, "Lord Faureston"
  A comme: Sept missionnaires
  A comme: De cape et de crocs - T 1
  Ados: De Cape et de Crocs -T 2 et 3
  A comme: D, tome 2, Lady d'Angerès
  A comme: De Cape et de Crocs -T 6 et 7
  A comme: De Cape et de Crocs -T 8 et 9
  A comme: De cape et de crocs - T 10

Alain Ayroles est un scénariste de bande dessinée né en 1968.

A comme: D, tome 2, Lady d'Angerès - Alain Ayroles

Nouvelle rencontre vampirique en Angleterre
Note :

   Dessinateur : Bruno Maïorana
   
   Il y a trois ans déjà , je vous parlais du premier tome de la série D, Lord Faureston. Je me cite (car cette première lecture date un peu et j'avoue être d'humeur paresseuse) : "Explorateur connu pour ses récits de voyage, Richard Drake est de retour dans les soirées et clubs londoniens le temps d’organiser un nouveau périple et de chercher un financement. Il s’éprend de la jeune Catherine Lacombe, une jolie fille qui n’a pas sa langue dans sa poche. C’est pourtant l’énigmatique Lord Faureston qui a la préférence des parents de la belle, qui ne voient certainement pas en Drake un bon parti. Noble, voué à hériter un jour de sa tante richissime, Faureston présente de nombreux atouts et s’intéresse à Miss Lacombe, à laquelle il envoie des bouquets de rose chaque jour. Mais Faureston est loin d’être un gentleman comme les autres et l’on a tôt fait de voir en lui un démon pour le moins inquiétant."
   
   Dans le tome 2, un certain Mister Jones parvient à persuader Drake du fait que Faureston est un vampire. Les deux hommes vont former un incroyable tandem afin de traquer le mystérieux Lord et protéger Miss Lacombe, de plus en plus affaiblie après des nuits perturbées par de curieux cauchemars. Entre en scène une certaine Lady d'Angerès à la beauté dangereuse (je viens juste de m'apercevoir du jeu de mots, comme quoi tout vient à point à qui sait attendre), qui semble avoir elle aussi une prédilection pour les promenades nocturnes sur les toîts londoniens et s'intéresser de près à Faureston. A Londres, puis dans le Yorkshire, nous suivrons la traque de Faureston : un nouveau tome qui laisse présager une suite riche en événements, car on découvre que Faureston n'est qu'un vampire parmi d'autres et qu'un certain comte promet d'être bien plus redoutable...
   
   Une suite tout aussi réussie que le premier opus. Les illustrations sont toujours superbes, les décors soignés, le scénario dense et bien ficelé, dans un esprit très victorien. Drake est loin d'être un héros parfait et des révélations commencent à se faire quant à ses agissements lorsqu'il était explorateur ; par ailleurs son attitude à l'égard de Mister Jones est certes représentative du système de classes de l'époque mais son mépris envers ce personnage falot ne diminue pas après leur aventure commune, en dépit du courage et de l'utilité de son nouveau compère. A vrai dire, aucun personnage n'est vraiment attachant : les femmes sont relativement transparentes, Drake est un aventurier hautain sans scrupule, Faureston perd en importance dans ce tome, quant à la vampire Lady D'Angerès elle est tout sauf sympathique. Il manque ainsi peut-être une figure plus sympathique à cette série, mais elle pourrait venir dans les prochains tomes sous les traits de l'ancien coéquipier de Drake, courageux mais plus droit que son ancien compère. Une série qui utilise en tout cas avec succès les codes du roman victorien et nous plonge dans une atmosphère inspirée du Dracula de Stoker. Amateurs de vampires, ne passez pas à côté de D !
   
   A noter quelques petits passages savoureux, comme celui-ci, lorsque Drake interroge un personnage mondain sur ce qui se dit sur Faureston dans ses cercles et que fuse cette réponse : "Le plus grand mal, ce qui m'en fait penser le plus grand bien. Il aurait - je dis bien "aurait" - osé un foulard mauve sur un frac lilas. L'homme est un brave, je m'incline."

critique par Lou




* * *