Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Entre chiens et loups de Malorie Blackman

Malorie Blackman
  Ados: Entre chiens et loups

Malorie Blackman est née à Londres en 1962. D'abord ingénieur informatique, elle devient rapidement auteur à temps plein, à la suite du succès de son premier roman, Hacker, qui rafle à sa sortie en 1994 les principaux prix de littérature jeunesse en Angleterre. Depuis, elle est devenue un auteur majeur de littérature jeunesse en Angleterre.
(Source éditeur)

Ados: Entre chiens et loups - Malorie Blackman

La trilogie qui va passionner les ados
Note :

   Thèmes : Amour, Différence, Racisme
   
   Sephy est noire, fille de ministre. Callum est blanc, fils d'une famille modeste de type ouvrière. Se sont deux collégiens qui, dès leur enfance, ont crée des liens très forts d'affection et d'amitié. Ils ont grandi et ils s'aiment d'un amour jugé impossible, contre-nature par une société injuste et inégalitaire. Dans un monde où l'auteure a inversé les rapports de force, a inversé l'Histoire, les Noirs sont riches et puissants et les Blancs sont maltraités et incriminés. Bien que l'esclavage soit aboli, la ségrégation est toujours là et plane sur le destin de nos deux héros. Un amour interdit et risqué, qui prend vie sous les préjugés, les avertissements et les menaces à coups d'injures et d'attentats. Mais Sephy et Callum sont prêts à prendre tous les risques, à se voir en secret et bien que les sentiments qu'ils éprouvent l'un pour l'autre leur soient interdits, ils n'hésiteront pas à s'opposer à leurs familles respectives.
   
   C'est un roman exceptionnel que nous livre Malorie Blackman. Poignant, à cran. De ceux dont on ne ressort pas indemne, ni indifférent mais au contraire sonné et épuisé par tant d'injustice, de haine, de racisme. A mon sens, le coup de maître de cette intrigue repose sur le fait que l'auteure a inversé les rôles et les rapports de force, nous obligeant à réviser nos positions, à faire écho à nos références culturelles, à nos considérations personnelles. Et si c'était les Blancs qui avaient été esclaves? Et l'on s'aperçoit que la couleur de peau ne change rien face à la bêtise humaine. La haine de l'autre, la colère contre ceux qui nous oppriment sont toujours aussi fortes et ancrées dans les mémoires. Il n'y a pas de bons ou de mauvais côtés. Il n'y a pas de fin car chacun crie vengeance et honneur. Le lecteur est complètement chamboulé par le destin de Sephy et de Callum. Un destin malmené, semé de peine, de malheurs, d'impuissance. On suit ces personnages, avec leurs larmes, leurs espoirs, leurs défauts, leurs doutes. Ils évoluent, grandissent, changent. On les connaît à 14 ans et on les suit jusqu'à leur 20 ans et cela crée une intensité émotionnelle hors du commun : on pleure, on crie de rage et de révolte, on se prend des claques, on est parfois étouffé par tant de cruauté qui nous laisse démuni, sans voix.
   
   Le propos est pertinent, intelligent : les Nihils (Blancs) et les Primates (Noirs), les rapports de classes et comment le racisme conduit à des actions politiques extrêmes, les attentats de la Milice de la Libération...Tous les éléments sont là pour nous faire réfléchir, pour nous forcer à reconsidérer l'Histoire. L'auteure a voulu montrer que Noirs ou Blancs, qu'importe la couleur, le racisme est une seule et même injustice, qui détruit des vies entières, brise des familles et n'est que source de souffrance. Les scènes sont violentes et dures mais Malorie Blackman réussit à faire de son roman une saga sociale émouvante et remarquable. Quant à la fin, j'en ai des frissons. Les actes des personnages sont forts et symboliques car seuls restent les actes qui reflètent ce que nous sommes et non pas la couleur de notre peau...
   
    Une trilogie qui se construit autour de trois thèmes : l'Amour dans Entre chiens et loups, la Haine pour le deuxième tome intitulé La couleur de la haine et l'Espoir dans Le choix d'aimer.
   
   Un coup de poing qu'il est difficile de nommer tellement c'est beau, fort, tragique, intense. Un gros coup de cœur.

critique par Laël




* * *