Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'œil de l'esprit de Oliver Sacks

Oliver Sacks
  L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau
  L'œil de l'esprit

Oliver Wolf Sacks est un neurologue et écrivain britannique né en 1933 à Londres. Il fut professeur à l' Université Columbia et médecin consultant dans de nombreux hôpitaux new-yorkais. Il a écrit plusieurs ouvrages illustrant des cas cliniques auxquels il s'était intéressé.
Il est mort le 30 août 2015.

L'œil de l'esprit - Oliver Sacks

Voir est un miracle
Note :

   Le fonctionnement du cerveau c’est à la fois fascinant et un peu stressant. Oliver Sacks et Antonio Damasio sont les scientifiques que j’ai lu sur le sujet, ils me passionnent et j’admire la qualité de leur argumentation et le respect du lecteur dont ils font preuve en nous prenant ni pour des enfants ni pour des neurobiologistes confirmés.
   
   A son habitude Oliver Sack ( vous avez peut être déjà lu "L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau" ) part de cas de patients qu’il a connus et qu’il a pris en charge. Rien de vaut les exemples concrets pour remplacer le jargon scientifique.
   
   Son propos est de nous faire comprendre les interactions entre la vue et le cerveau.
   
   Que se passe t-il lorsque quelque chose dysfonctionne sur le chemin entre l’oeil et le cerveau? Comment les personnes dans ce cas contournent les difficultés, luttent contre elles ou les compensent.
   
   D’abord un préalable, pour tous ceux qui pensent que le sujet est lourd et triste, j’affirme qu’il n’en ai rien, c’est bien au contraire un constat réconfortant qui s’impose devant les fascinantes possibilités de notre cerveau.
   
   Que pensez-vous qu’il arrive à une pianiste atteinte d’agnosie visuelle (oui je fais un peu la neurologue qui se révèle incapable de lire sa partition mais conserve en mémoire toutes les partitions apprises et peut les restituer avec talent, puis quelques années plus tard devient incapable de déchiffrer un texte ou faire la différence entre un verre et une bouteille?
   
   Est-il possible d’imaginer une personne incapable de voir en 3D, aucun relief, les paysages observés sont plats tels des tableaux, peut-on penser qu’un aveugle est capable de réparer la gouttière de son toit?
   
   Comment font les personnes qui sont incapables de reconnaître les visages ou de s’orienter dans un bâtiment? Oliver Sacks est particulièrement bien placé pour en parler, il est atteint de ces troubles depuis toujours.
   
   Imaginez un écrivain incapable subitement de déchiffrer le moindre mot, tout ce qu’il lit lui apparait aussi obscur que du Coréen ou du serbo-croate?
   
   Oliver Sacks nous fait partager le quotidien des ces hommes et de ces femmes qui vont prendre leur handicap à bras le corps, qui vont développer des stratégies pour que ce manque, cette difficulté, cette défaillance de la machine humaine ne les prive pas des joies élémentaires ou de leurs capacités personnelles.
   
   Ce que peut le cerveau est loin d’être totalement élucidé et dans beaucoup de ces exemples on est frappé par les capacités de celui-ci et par le courage et la détermination des patients.
   
    Lilian la brillante pianiste compense pendant très longtemps son handicap, se sert d’une série d’astuces pour ne pas être prise au dépourvu et trouve de la joie dans la musique.
   
   L’écrivain découvre qu’il peut écouter au lieu de lire, qu’il peut dicter au lieu décrire, Sue qui ne voyait pas en 3D entame une rééducation et un jour enfin ne voit plus la neige comme sur un écran plat mais "Mais maintenant, je me sentais à l'intérieur, parmi les flocons de neige. J'étais submergée par une profonde sensation de beauté."
   
   Des leçons d’espérance, une dose d’empathie aussi haute qu’une montagne, une chaude humanité, ce qui pourrait être un livre triste et pesant devient un parcours fascinant et profondément humain à travers cette étrange machine qui nous fait vivre.
   
   Passionnant essai qui me donne envie de revoir le film "L'éveil" tiré de l'expérience d'Oliver Sacks lorsque jeune neurologue il s'est trouvé confronté à une sorte de maladie du sommeil dont il va chercher à guérir ses patients.

critique par Dominique




* * *