Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un amour de Frère de Colette Fellous

Colette Fellous
  Plein été
  Un amour de Frère
  Aujourd'hui

Colette Fellous est une écrivaine française née en 1950 en Tunisie.

Un amour de Frère - Colette Fellous

Paris 68
Note :

   Il avait 27 ans quand il est mort de diabète, Georgy, dans un hôpital parisien, au début des années 70.
   Elle avait 20 ans et elle adorait ce frère qui la subjuguait et qu’elle protégeait à la fois car ils savaient qu’il devait bientôt mourir. Ils venaient de Tunisie et ils découvraient Paris, la ville des années 68 et de tous les possibles.
   Elle était étudiante en lettres à la Sorbonne et partageait son temps entre la bibliothèque et la cinémathèque. Elle avait envie de tout lire et de tout voir. La ville lui semblait extraordinaire. Pour elle, c’était la ville des artistes où elle déambulait à longueur de temps libre.
   Son frère, lui, était son guide dans ce Paris littéraire mais il était également celui qui, maquillé, se prostituait à Saint Germain-des-Près, autour du drugstore.
   Plus tard, en écrivant ce livre autobiographique, elle comprend que cet amour de frère aurait pu être maléfique s’il avait vécu.
   Si elle écrit ses souvenirs c’est que quelque temps auparavant, de retour en Tunisie, elle a failli mourir, sa sandale étant restée coincée sous un rail, au moment de l’arrivée d’un train. Il s’en est fallu d’une seconde! Cet instant a déclenché ses souvenirs qui ont défilé comme dans un conte, comme si elle était au cinéma. Elle redécouvrait un monde féerique avec son frère comme image centrale.
   Le livre est ponctué de photos de cinéma et d’enfance. C’est comme une autre histoire, la vie de toute une époque, une déambulation dans le temps et l’espace de ce Paris 68.
   
   Si, comme l’auteur, vous avez fréquenté un tant soit peu le Quartier latin, la Sorbonne, la Cinémathèque, les cafés des alentours, le Paris littéraire de ces années-là, vous aimerez retrouver une partie de vos propres souvenirs car ce livre est une évocation de la vie de toute une époque
   Cependant j’ai été déroutée par ce qui n’est annoncé ni comme un roman ni comme un récit autobiographique. Il m’a manqué un fil conducteur pour m’éviter de me sentir perdue au milieu d’un tas de souvenirs dispersés ici et là. Comme si c’était à moi de faire le travail de les réunir, mais dans quel but? Et cet amour de frère, quel est vraiment son rôle? Sa place est bien réduite face à la ville envahissante. Le seul personnage fort pour moi, lorsque j’évoquerai ce livre, restera le Paris des années 68/69, avec tous ces noms mythiques ressuscités le temps d’une page. J’oublierai tout le reste, probablement.
   
   
   Ce livre de la Rentrée littéraire 2011 a fait partie de la première sélection du Prix Femina.

critique par Mango




* * *