Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Je ne suis pas Eugénie Grandet de Shaïne Cassim

Shaïne Cassim
  Ados: Je ne suis pas Eugénie Grandet

Shaïne Cassim est une écrivaine française née en 1966 à Madagascar.

Ados: Je ne suis pas Eugénie Grandet - Shaïne Cassim

Eugénie et Louise
Note :

   "On ne peut pas toujours être au premier rang de la vie des autres, vois-tu. On a sa propre vie à mener et ce n'est pas facile d'être soi."
   
   Deux œuvres d'art comme repères dans ce roman :  Eugénie Grandet qu'Alice s'efforce de lire parce que sa sœur aînée, Anne-Louise a décidé de l'emmener visiter l'exposition de Louise Bourgeois, "Moi, Eugénie Grandet" et "la Cerisaie", pièce sur laquelle travaillent Anne-Louise aux costumes et son amoureux Max à la mise en scène. Deux œuvres d'art sur le thème de la famille qui vont permettre à l'adolescente de se positionner, avec intensité . Quand elle affirme: "Je ne suis pas Eugénie Grandet" , elle refuse ainsi le destin fané de l'héroïne de Balzac et trouvera aussi sa juste place vis à vis de sa sœur et un peu plus tard d'une grand-mère quasi inconnue et revêche.
   
   Quant à "la Cerisaie", un désastre de dernière minute permettra à Max de revenir sur son passé familial mais aussi de rebondir face à l'adversité.
   
   L'art comme combat mais aussi l'art comme révélateur des luttes intérieures: Alice doit quitter l'exposition de Louise Bourgeois quand elle prend conscience qu'elle pourrait rater sa vie.
   
    Un roman troublant et intense , qui souffre peut être d'un défaut de construction mais une écriture qui plonge directement dans l'âme adolescente et la transcrit de manière intense et juste. Un roman qui donne évidemment envie de découvrir le catalogue de l'exposition de Louise Bourgeois.
   
   182 pages hérissées de marque-pages.
   
   Couverture de Hélène Millot, en parfaite adéquation avec un texte qui évoque aussi beaucoup les tissus.
   Je découvre Shaïne Cassim avec ce roman et j'ai bien envie de continuer à la lire...

critique par Cathulu




* * *