Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Agua Viva de Clarice Lispector

Clarice Lispector
  Agua Viva
  Où étais-tu pendant la nuit?
  Un souffle de vie
  Liens de famille
  La belle et la bête, suivi de Passion des corps

Clarice Lispector est une écrivaine brésilienne née en 1920 en Ukraine, dans une famille juive qui émigra aussitôt au Brésil. Elle est morte d'un cancer en 1977 à Rio de Janeiro.

Benjamin Moser lui a consacré une biographie.

Agua Viva - Clarice Lispector

Quand la pensée semble guider la plume
Note :

   Ecrivain et chroniqueuse brésilienne que j’ai connue grâce à un article dans un magazine, il y a environ dix ans. Née de parents juifs en Ukraine, elle arrive au Brésil à deux mois, elle épouse un diplomate brésilien en 1943, divorce en 1959. Elle est morte en 1977 dans un hôpital public de Rio, à bout de force et de ressources.
   "La découverte (pour moi également) du Monde" qui est un recueil d’articles du "Jornal do Brasil" fut ma première approche de l’œuvre de cette dame. Puis les romans suivront "La bâtisseur de ruines" et "La passion selon G.H." Il est recommandé (fortement recommandé) de ne pas commencer par "La passion selon G.H." qui stoppe net toute tentative de découverte de cet auteur.
   
   Ce livre (Agua Viva) comme les autres de Clarice Lispector est quelque chose de mystérieux, qui laisse des sentiments très mitigés. J’ai l’impression d’assister à une lente dérive de la pensée d’une femme, parlant sans but, pensée traversée d’éclairs de génie.
   
   Agua Viva ressemble à une longue lettre pour un correspondant inconnu, Clarisse y parle de ses passions, l’écriture et la peinture en les comparant. Puis elle laisse son imagination mener sa plume, nous fait revivre sa naissance en aidant une chatte à accoucher.
   
   Ce livre me laisse perplexe, avec une impression d’avoir aimé, mais en ayant eu beaucoup de mal, à véritablement entrer dans ce livre. Une écriture étrange qui semble n’être qu’un brouillon jeté sur le papier mais qui en réalité doit être très travaillée. Un livre qui ne laisse pas indifférent.
   
   
   Extraits :
   
   -Chaque chose a un instant où elle est.
   
   -Ceci n’est pas un livre parce que ce n’est pas ainsi qu’on écrit.
   
   -Moi, non, je veux une vérité inventée.
   
   -Je veux le mot suivant : "splendité ".
   
   -Personne n’est moi. Personne n’est toi. C’est cela la solitude.
   
   -Et si mourir est un plaisir, un plaisir égoïste?
   
   

   Titre original : Agua Viva.

critique par Eireann Yvon




* * *