Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Sept histoires qui reviennent de loin de Jean-Christophe Rufin

Jean-Christophe Rufin
  L'Abyssin
  Le parfum d’Adam
  Asmara et les causes perdues
  Le grand Cœur
  Sept histoires qui reviennent de loin
  Globalia
  Immortelle randonnée - Compostelle malgré moi
  Le collier rouge
  Katiba
  Check-Point
  Le tour du monde du roi Zibeline

Jean-Christophe Rufin est un homme de lettres français, diplomate et ambassadeur, né en 1952. Il a été élu à l'Académie française en 2008.

Sept histoires qui reviennent de loin - Jean-Christophe Rufin

Dépaysement
Note :

   Présentation de l'éditeur :
   
   "Sept histoires fortes, drôles, émouvantes. Sept petits romans avec chacun son intrigue, ses personnages, son dénouement inattendu. Sept lieux du monde, Mozambique, Kirghizie, île Maurice... qui apportent leurs couleurs et leurs parfums. Sept occasions de donner aux grandes questions contemporaines un visage humain. Sept instants de vie. Un même bonheur de lecture."

   
   
   Ce recueil de sept nouvelles de Jean-Christophe Rufin nous transporte dans différents endroits du monde parmi lesquels le Sri-Lanka, le Mozambique, l’île Maurice, la Kirghizie, Paris, et en effet la lecture est assez dépaysante et les atmosphères de villes, les couleurs de paysages, sont plutôt bien suggérées. Il y a par exemple une description de la ville de Maputo qui est tout à fait intéressante et belle, dans la nouvelle "Les fiancés de Lourenço Marques".
   
   D’une manière générale, ces sept histoires sont agréables à lire et d’un intérêt à peu près égal, mais leur principal défaut et que leur dénouement est facilement prévisible, sauf dans la belle nouvelle "Garde-robe", qui est largement ma préférée, et dont l’histoire est assez forte.
   
   J’ai trouvé aussi qu’il y avait des réflexions sur la colonisation (dans Les naufragés), sur l’action humanitaire (Garde-robe) ou encore sur la médecine face à la mort (Nuit de garde) qui étaient vraiment originales.
   
   Mais ce qui m’a gênée dans toutes ces nouvelles (sauf dans Garde-robe) c’est le peu de place accordée à la psychologie des personnages, qui est vraiment réduite au strict nécessaire.
   Par moments on voudrait plus de profondeur.

critique par Etcetera




* * *