Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La maison sur le rivage de Daphné du Maurier

Daphné du Maurier
  Le Monde infernal de Branwel Brontë
  Le Général du Roi
  L'Auberge de la Jamaïque
  Rebecca
  L'Amour dans l'âme
  Le bouc émissaire
  La maison sur le rivage
  La chaîne d'amour
  Le vol du faucon
  Ma cousine Rachel

Ecrivain britannique, née en 1907 et décédée en 1989.

Tatiana de Rosnay lui a consacré un livre : Manderley for ever.

La maison sur le rivage - Daphné du Maurier

L’élixir à remonter le temps
Note :

   Entre deux postes dans l'édition, avec en perspective une possible expatriation rentable mais peu désirée, Richard Young fait un break en Cornouailles dans la demeure ancienne que son ami Magnus, savant réputé, met à sa disposition. Il y passera une semaine avant d'être rejoint par sa femme et les deux jeunes garçons qu'elle a eus d'un premier mariage.
   En dehors de ses activités officielles, Magnus s'adonne à des recherches personnelles et a installé dans sa maison un laboratoire dans lequel il a mis au point une nouvelle drogue dont les effets sont vraiment étonnants. Il demande à Richard de profiter de son séjour pour la tester.
   Cette drogue vous fait basculer 600 ans en arrière et assister à ce qui s'est passé dans ces lieux dans la 1ère moitié du 14ème siècle. Ainsi Richard fait-il connaissance des seigneurs Champernoune, Bodrugan et Carminowe et surtout de l'intendant Robert, pour ne rien dire de la belle Isolda...
   Mais vous le savez bien, l'usage des drogues n'est pas sans danger et cette histoire passionnante ne va pas tarder à nous le confirmer.
   
   Comme on l'a déjà dit, ce qui compte avec Daphne du Maurier, c'est l'histoire. Elle a vraiment beaucoup d'imagination et un savoir-faire remarquable. Les personnages sont très bien campés. C'est captivant. Ce roman par exemple est un peu long (440 pages) et le thème n'est pas de ceux qui retiennent particulièrement mon attention. Eh bien je suis quand même restée accrochée jusqu'au bout et n'ai pas eu à me forcer le moins du monde pour le lire in extenso. Très bien documenté, c'est du "très bien fait". L’intérêt ne se relâche jamais, il y a constamment quelque chose de nouveau qui vient le relancer, et pas du "déjà vu". Ce n'est sans doute pas de la Grande Littérature, comme disait Gore Vidal, mais c'est de la littérature quand même, du très bon roman de détente. Ne boudons pas notre plaisir.

critique par Sibylline




* * *