Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Pont des Anges de Philippe Le Guillou

Philippe Le Guillou
  Fleurs de tempête
  Le Pont des Anges
  L’intimité de la rivière

Philippe le Guillou est un écrivain français né en 1959 dans le Finistère.

Le Pont des Anges - Philippe Le Guillou

La peur, la solitude, le doute
Note :

   Comme je ne recule devant rien, je vais vous transporter d’un coup d’aile vers le plus petit état du monde! Mon empreinte carbone va en prendre un coup mais tant pis.
   
   Le Pape vient de mourir, Miltiade II, c’était le premier Pape noir de la chrétienté! La ville éternelle est à feu et à sang, attentats, incendies des églises, actes terroristes. Le désordre est partout, on parle même de scission entre les Eglises d’Amérique du Sud et le Vatican. Certains évêques se rebellent contre l’autorité non sans ménager leurs intérêts.
   Bref la tradition est mise à mal et l’Eglise de Pierre est la proie de tous les extrémistes.
   
   C’est dans cette ambiance explosive que le conclave se réunit.
   Tractations, manœuvres, négociations souterraines.
   L’élu est Thomas Sullivan l’irlandais, moine bénédictin devenu cardinal et qui prend le nom de Clément XV.
   Cet homme amoureux du beau, d’une foi profonde, va devoir déjouer les pièges des différents clans de la curie romaine figée dans un immobilisme rétrograde. L’homme est en proie au doute, à la peur et à la solitude.
   Deux hommes vont par leur amitié l’aider à conduire la "barque de Pierre", Julius le penseur cloué sur un lit de souffrance et Simon le peintre torturé.
   
   Clément XV va se révéler à la fois attaché aux rituels de l’Eglise et à sa liturgie mais en même temps très novateur.
   Ses voyages en Afrique et au Brésil vont être l’occasion d’affirmer son souci des pauvres et de la nécessité de réformes.
   Le Vatican tremble sur ses bases à entendre un discours où il est question de décentraliser le pouvoir de l’Eglise et d’ordonner des hommes mariés.
   
   J’ai énormément aimé ce roman, Philippe Le Guillou a une connaissance du sujet qui rend le récit d’une totale crédibilité. Le conclave est un grand moment! J’ai sorti mon dictionnaire à plusieurs reprises à la recherche de mosette, de pallium et de cathèdre.
   
   La mosette est une courte pèlerine descendant jusqu'à la ceinture et boutonnée par devant
   Le pallium, un ample vêtement de l'antiquité romaine.
   Cathèdre : symbole de l'autorité, de l'enseignement et de la juridiction épiscopale, dans la liturgie catholique concrétisé par le siège de célébration de l'évêque .
   
   L’homme qu’il nous présente est attachant, on aime son combat avec le bouillant cardinal de Sao Paulo, on aime ses promenades nocturnes au bord du Tibre vers le Pont des Anges .
   Les liens de ce Pape avec le monde de l’art sont l’occasion de pages magnifiques, sans oublier son Irlande natale et pays d’élection de l’auteur avec ses "Etendues désolées de Donegal, les loughs avec leurs vols de sarcelles et de bécasses, les rives fangeuses, la terre de bruyère, la tourbe noire".
   
   Un excellent roman.
   
   Dernière minute : alors que ce billet était déjà écrit et engrangé pour la publication, l'actualité vient donner une teinte particulière au livre, un majordome renvoyé, un banquier remercié, la curie en plein scandale, Philippe Le Guillou observateur attentif de ce monde bien clos ne s'est pas trompé!!!

critique par Dominique




* * *