Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Rose de Tatiana De Rosnay

Tatiana De Rosnay
  Spirales
  La mémoire des murs
  Elle s’appelait Sarah
  Le cœur d'une autre
  Moka
  Le Voisin
  Boomerang
  Rose
  A l'encre russe
  Manderley for ever

* Interview dans la rubrique "Rencontres"

Rose - Tatiana De Rosnay

Jusqu’à la mort…
Note :

   "Rose" donne l’impression curieuse d’avoir voulu raconter l’histoire du remodelage de Paris par le Baron Haussmann via une histoire, l’histoire de Rose donc… Ça donne, à mon sens, quelque chose d’un peu bancal avec le sentiment que le titre est usurpé et que "Renaissance de Paris" aurait, par exemple, été plus adapté.
   
   J’ai eu un peu de mal à m’intéresser à cette histoire de vieille femme, seconde moitié du XIXème siècle, qui ne veut pas quitter sa maison, vouée à la destruction – comme toute la rue et des rues adjacentes – du fait des plans de remodelage de Paris par le Baron Haussmann.
   "D'ici une centaine d'années, quand les gens vivront dans un monde moderne que nul ne peut imaginer, pas même les plus aventureux des écrivains ou des peintres, pas même vous, mon amour, quand vous vous plaisiez à envisager l'avenir, les petites rues paisibles dessinant comme les allées d'un cloître autour de l'église seraient enfouies et oubliées, pour toujours. Personne ne se souviendra de la rue Childebert, de la rue d'Erfurth, la rue Sainte-Marthe. Personne ne se souviendra du Paris que nous aimions, vous et moi."
   
   Alors oui, il y a un secret…
   
    Oui, on nous raconte sa vie (par le curieux biais d’une lettre que Rose écrit à son mari défunt dans les derniers moments de vie de sa maison aimée) pour permettre de comprendre le secret en question mais j’ai eu du mal à m’approprier cette histoire.
   
   Pourtant Tatiana de Rosnay a une belle sensibilité, écrit tout à fait convenablement et s’intéresse manifestement à la genèse du Paris actuel. C’est comme si la "mayonnaise" ne prenait pas.

critique par Tistou




* * *