Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le mariage alchimique d'Alistair Crompton de Robert Sheckley

Robert Sheckley
  Le mariage alchimique d'Alistair Crompton

Robert Sheckley est un auteur de science-fiction américain, né en 1928 et décédé en 2005.

Il a été lu dans le cadre des mois "L'Age d'or de la Science Fiction".

Le mariage alchimique d'Alistair Crompton - Robert Sheckley

Trois en un!
Note :

   Je cherchais un livre de poche, au propre comme au figuré, pourquoi pas de la S.F avec un peu d'humour alors voilà le livre choisi qui se révèle idéal pour une balade parisienne.
   
   Alistair Crompton est un nez... mais pas bien né! Il a réussi sa carrière d'orfèvre en parfum, est devenu une sommité dans son art. Aujourd’hui il présente sa dernière création à son patron le vieux John Blount, grand ponte de la société "Psychosmell". Pour beaucoup de gens Crompton malgré son talent est une sorte d'homme sans âme ni émotions, comme si une partie de lui-même ne lui appartenait plus. Ce qui est vrai... ou plutôt était vrai car Alistaire aujourd'hui espère changer son destin. Il veut retrouver les deux parts de son intégrité dont on l'a séparé très jeune du fait de sa schizophrénie infantile.
    Pour cela il doit voyager dans des contrées très lointaines et cela revient à une somme très conséquente, alors il vole des essences très rares et très chères et à lui les grands espaces interstellaires à la recherche d'Edgard Loomis et de Dan Stack pour les persuader de réintégrer son corps...
   
   Le premier, Edgard, obsédé sexuel courant de jupons en jupons, de conquêtes en conquêtes n'est pas très chaud (lapin) pour perdre son indépendance et vivre dans le même corps qu'un ascète vierge et triste comme un jour sans femme... mais il se fait duper et mettra pour un temps sa sexualité en berne... pour un temps seulement... les trajets sont longs... très longs...l es voyageuses seules... très seules...
   
   Le second, Dan, habite aux fins fonds des galaxies habitées, monde sans foi ni loi, c'est un tueur psychopathe qui réussit l'exploit d'être le plus sauvage et le plus sanguinaire dans un monde de brutes pour qui la vie ne vaut pas grand chose... même celle d'un humain! Donc faire passer de vie à trépas un autochtone est considéré comme un pêché véniel... Alors quand enfin Alistair le retrouve, Dan vient d'être condamné à mort et attend son exécution... qui doit être particulièrement atroce, que l'on en juge ( les lignes qui suivent peuvent et même doivent, être évitées pas les lecteurs sensibles):
    "- Je rends le verdict suivant: qu'on vous emmène ici en un lieu de pénitence où vous serez suspendus par les pieds au-dessus d'une marmite d'étrons de yacks bouillant et obligé d'entendre la Symphonie mineure de Frank jouée au kazoo*... "
   
   Pour les personnages, notre morale est pour le moins offusquée! mais bon, séparément ils ont déjà des défauts qui ne s'arrangent pas à la réunification. Mais les luttes intestines (dans le cerveau en fait) leur occupent bien la pensée et calment leurs énergies. Il faut un peu de tout pour faire un être humain!
   
   Beaucoup de déraison et des personnages plus délirants les uns que les autres, même les tueurs sont parfois attachants. Et pas seulement au dessus d'une marmite d'étrons de yacks!
   
   Un vocabulaires très inventif avec des mots savoureux ou rébarbatifs comme par exemple le TPISS (Trans Pan Interstellar Systeme)
   
   Bref un retour non pas vers le futur mais vers le passé car j'ai été un fan de science fiction pendant mes premières années de lecteur... années qui sont très loin, à des années lumières!
   
   Pas un chef d’œuvre du genre mais une lecture agréable, pas prise de tête avec beaucoup d'humour et d'originalité.
   
   Un peu d'humour et pas mal d'immoralité et des questions existentielles que se pose au matin une charmante et accueillante jeune femme :
    "-Plus tard, Herta eu du mal à décider si oui ou non ce qui avait suivi devait techniquement s’appeler une orgie. Quoi qu'il en soit ce fut très bon : tous les hommes semblaient ne pas avoir vu de femme depuis très longtemps. Tous étaient différents : Stack était viril et amoureux, Loomis expert et amusant et Crompton bien qu'un peu hésitant au début, gamin inexpérimenté et doux."
   
   
   Extraits :
   
   - Elle passa en vitesse derrière lui et Crompton eu le temps de saisir au vol l'odeur fugace et semi-naturelle de sa peau. "Bon sang! il pensa qu'il aimerait bien mettre ça en bouteille!".
   
   - Si l'argent n'a pas d'odeur, ses odeurs en valaient, de véritables fortunes au marché noir.
   
   - Bien, monsieur! dit Miss Anachos, et elle s'effaça emportant avec elle ce parfum typiquement féminin, plus subtil et précieux que le plus rare des mélanges cristallins.
   
   - Et il s'en alla satisfait. Les androïdes ne sont jamais malheureux trop longtemps.
   
   - Y a-t-il une vengeance plus délicieuse que de faire en sorte que vous, le possesseur de l'odorat le plus fin de la planète, ne puissiez plus sentir?.
   
   - Alors, pour lui, ce fut une vie monotone : cogner sur les gens et rien d'autre. Il ne voyait pas comment il pourrait améliorer son sort.
   
   - Mais votre frère est le pire spécimen d'êtres humain qu'il m'ait été donné de voir, et j'en ai vu. Feriez mieux de le laisser tranquille.
   
   - Vous ne vivez pas, vous êtes vécu.
   
   

   Titre original : The Alchimical Marriage of Alisatair Crompton (1978)
   
   *Note du chroniqueur: Instrument de musique particulièrement détesté par le condamné.

critique par Eireann Yvon




* * *