Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Saints et pécheurs de Edna O'Brien

Edna O'Brien
  Nuit
  Tu ne tueras point
  Saints et pécheurs
  Lanterne magique
  Les païens d'Irlande
  Crépuscule irlandais
  Fille de la campagne

Edna O'Brien est une romancière Irlandaise née en 1930.

Saints et pécheurs - Edna O'Brien

L'ange et la harpe
Note :

   Un recueil de nouvelles d'Edna O'Brien est toujours un événement.
   
   Surtout que le dernier, "Lanterne magique" date de 1996. J'ai beaucoup lu cette auteure avant de m'occuper de ce blog ; il faudra que je découvre ses dernières œuvres. Onze textes, la plupart se déroulant en Irlande, composent ce recueil.
   
   Dans la première nouvelle intitulée "Rois de la pelle", la narratrice porte au revers de sa veste une harpe et un ange. Une harpe, car elle est irlandaise, un ange, parce qu'elle pense que chacun a son ange gardien. Je ne suis pas sûr que les récits qui constituent ce livre lui donnent entièrement raison. Ce texte à travers le personnage de l'un d'eux, Rafferty, est un hommage aux ouvriers irlandais qui ont construit le Londres moderne. Exilés de longue date, ils n'étaient plus irlandais, mais ils n'étaient pas anglais. Une très belle histoire, pleine de drames et de trahisons familiales.
   
    "Madame Cassandra", c'est une femme qui veut voir une voyante qui est invisible, alors elle revoit sa vie, ses joies et ses peines... et elle patiente ; cela l'aidera t-elle à voir clair en elle. Mais il faut regagner le domicile conjugal. Une histoire étrange à l'écriture originale.
   
   "Fleur noire" est très probablement la suite et la fin de "La maison du splendide isolement". Une femme a rendez-vous avec un militant de la réunification de l'Irlande. Il sort de prison et ne pense pas cesser le combat. Le personnage masculin a réellement existé, il s’appelait Dominic McGlinchy. Edna O'Brien était entrée en contact avec lui, sa mort est celle du récit.
   
   "Pillage" raconte un monde apocalyptique vu par les yeux d'une jeune fille, une autre petite fille, une invitation qui tourne d'une manière étrange."Manhattan pot-pourri", sorte de carrousel amoureux, les hommes ou les femmes passent...
   
   "Vieilles blessures " des querelles anciennes, dont plus personne ne connaît réellement la réalité, enveniment souvent les relations entre deux familles. Alors un jour, dans un cimetière situé sur une île, un cousin et une cousine se reparlent enfin. Puis commence une correspondance, des rencontres et une amitié faite malgré tout de défiance. Mais les années passent... Un beau texte très mélancolique, souvenirs de l'Irlande ancienne.
   
   Une femme, Irlandaise vivant à Londres, est dans un pub le jour de la Saint-Patrick. Elle a rendez-vous avec un médecin, drôle d'endroit pour une rencontre. Une logeuse pour le moins curieuse, un brave garçon solitaire pas très malin, mais pas demeuré non plus, juste un peu dépassé par les événements. Un rendez-vous manqué avec un poète, homme rongé par la timidité. Une mère et sa fille qui semblent inséparables, un texte autobiographique?
   
   Dommage que toutes les nouvelles de ce recueil ne soient pas d'égale qualité, mais c'est souvent la loi du genre. Pour Edna O'Brien comme pour tous les écrivains de nouvelles. L' Irlande rurale avec son cortège d'hypocrisie, de catholicisme et de frustration sexuelle.
   
   
   Extraits :
   
   - Un homme sans âge, comme à jamais recouvert de gel. Il buvait sa Guinness avec une gravité mesurée.
   
   - Si les deux flics arrivaient à pied, ils faisaient rien. Ils restaient plantés là, parce qu'ils voulaient voir les Irlandais s'entre massacrer. Ils haïssaient les Paddies.
   
   - Il avait tiré un trait sur moi, comme il avait tiré un trait sur sa mère, et sur les rares qui lui étaient chers, non qu'il ait le cœur dur, mais parce qu'il avait un cœur incommensurablement
    brisé.
   
   - Les prières ne venaient plus que de ses lèvres, mais plus de ses entrailles. Elle avait perdu cette relation viscérale qu'elle avait autrefois avec Dieu.
   
   - Elle avait même oublié ses péchés à elle.
   
   - Mr Gentleman savait manipuler bêtes, hommes, femmes ou filles....
   
   - Il parlait encore quand elle se rappela le frisson qui l' avait parcouru lorsque le gouverneur lui avait dit que des tas de gens vous voulaient voir Shane mort.
   "Les Brits, vous voulez dire?
   Eux et ses... ennemis jurés... ses ennemis. Pour dire les choses ainsi, il sera toujours un homme recherché"...
   
   - "Tu penses reprendre...
   La lutte n'est pas terminée... ce n'est pas fini", dit-il d'un air résolu.
   
   - Impossible n'est pas irlandais. Impossible, c'est le sein que tètent tous les losers.
   
   - Une aventure. C'est un mot chargé. Un état de flux, de fluxion. Tant de choses affreuses, et tant de choses grisantes.
   
   - Oui, des amantes, dans la mesure où je croyais que l'univers résidait dans son être.
   
   - Reste qu'avec tant de morts la brouille n'avait plus lieu d'être.
   
   - Pourquoi, me demandai-je, voulais-je être enterrée ici? Pourquoi, compte tenu des perplexités différentes et lancinantes?
   

   
   Titre original :Saints and Sinners (2011).

critique par Eireann Yvon




* * *