Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Vendredi ou la vie sauvage de Michel Tournier

Michel Tournier
  Le Roi des Aulnes
  Gaspard, Melchior & Balthazar
  Vendredi ou les Limbes du Pacifique
  Ados: Vendredi ou la vie sauvage
  Les Météores
  Le vent Paraclet
  Le Coq de bruyère
  Dès 06 ans: La fugue du Petit Poucet
  Dès 08 ans: Pierrot ou les secrets de la nuit
  Dès 09 ans: Barbedor
  Vues de dos
  Gilles et Jeanne
  La goutte d’or
  Le Tabor et le Sinaï
  Le médianoche amoureux
  Le Crépuscule des masques
  Eléazar ou La Source et le Buisson
  Sept contes
  Journal extime
  Le bonheur en Allemagne
  Voyages et Paysages
  Je m'avance masqué
  L'aire du muguet
  Célébration de l’offrande

AUTEUR DES MOIS DE FÉVRIER & MARS 2013

Michel Tournier est né en 1924 de parents germanistes. Enfant, puis étudiant, il passa ses vacances en Allemagne. Cette culture dans laquelle il fut tout de suite plongé, ne l'a jamais quitté.

Après des études médiocres, il découvre la philosophie pour laquelle il se passionnera au lycée et qui, elle aussi, l'accompagnera toute sa vie. Il échoue cependant à l'agrégation. Il vit alors de traductions, puis d'un emploi à Europe n°1. Il présente également une émission mensuelle de télévision, consacrée à la photographie, autre grande passion de sa vie.

Ce n'est qu'en 1967 qu'il publie son premier roman "Vendredi ou les limbes du Pacifique" et connait immédiatement le succès et les distinctions littéraires. Cinq ans après, il est élu à l’Académie Goncourt où il sera très actif, jusqu'à ce qu'il s'en retire en 2010, pour raison de santé.

Depuis le début de sa carrière littéraire, il vit dans un presbytère qu'il a acheté à Choisel (Yvelines) et s'y adonne au jardinage, encore une autre de ses passions, comme à l'écriture.

Ados: Vendredi ou la vie sauvage - Michel Tournier

Aussi classique que celui de Defoe
Note :

    "La flèche monta jusqu'à une hauteur de cent mètres au moins. Là, elle parut hésiter, mais au lieu de repiquer vers la plage, emportée par le vent, elle fila ver la forêt. Lorsqu'elle eut disparu derrière les premiers arbres, Vendredi se tourna avec un large sourire vers Robinson.
   Elle va tomber dans les branches, tu ne la retrouveras pas, dit Robinson
   Je ne la retrouverai pas, dit Vendredi, mais c'est parce que celle-là ne retombera jamais."

   Cet extrait cité en quatrième de couverture illustre brillamment une des thèses du livre : les divergences d'une pensée rationnelle et d'une pensée animiste ou poétique.
   
   Après le succès foudroyant de son "Vendredi ou les limbes du Pacifique", l'auteur en rédigea une version pour la jeunesse qui connut un succès encore supérieur. Les ventes de plusieurs millions d'exemplaires (d'autant plus qu'il est étudié dans les collèges) assurent les revenus de l'auteur.
   
   Pour arriver à ce résultat, M. Tournier a profondément remanié son texte. Ainsi, pour commencer plus directement et captiver dès les premières lignes un lectorat supposé enclin à la distraction, il y a supprimé le chapitre d'introduction dans lequel, juste avant la tempête, le capitaine prédisait l'avenir de celui qui allait devenir le naufragé mythique, traçant de façon sibylline les grandes lignes du récit qui s'amorçait ainsi. Il y a aussi une vision plus pragmatique des choses, moins intellectuelle ainsi qu'une part plus importante accordée aux animaux en raison de la proximité qui existe toujours entre les enfants et eux. Un animal dans un livre pour adulte est d'office, à de rares exception près, un personnage secondaire. Pas pour les enfants chez qui il sera de toute façon considéré comme un personnage à part entière, ce que M. Tournier a entériné en modifiant son texte. Il a également atténué fortement les noirceurs de l'âme de Robinson (par exemple la façon dont Vendredi est délivré), les faiblesses humaines étant admises par les adultes, moins par les jeunes.
   
   Mais il ne faut pas croire que la nouvelle version va se limiter ainsi à la suppression de certains passages. En fait, M. Tournier a choisi de tout réécrire en simplifiant l'écriture et en la dépouillant des références culturelles ainsi que des plus abstraites cogitations de Robinson.
   
   A noter : à la fin de la version adulte, le mousse est baptisé "Jeudi" (jour de congé des enfants) mais ce jour de repos est plus tard devenu le mercredi, sans doute l'auteur en a-t-il été contrarié et puisque cela avait changé une fois, cela pouvait encore être modifié... Je ne suis pas dans le secret des dieux mais j'ai toujours pensé que c'était pour cela que dans la seconde version, celle dont nous parlons ici, le mousse se voit baptisé "Dimanche", ce jour de congé-là devait paraître plus stable à M. Tournier.

critique par Sibylline




* * *