Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le temps de la prophétie de S. J. Parris

S. J. Parris
  Le temps de la prophétie

S. J. Parris est le nom de plume de Stephanie Merritt, journaliste au Guardian et The Observer.
C'est en préparant sa thèse sur l'influence de l'occultisme sur la littérature de la Renaissance qu'elle rencontre le fascinant Giordano Bruno!
Face au destin et à la personnalité exceptionnels du sulfureux napolitain, germe l'idée de ses romans.
(Source éditeur)

Le temps de la prophétie - S. J. Parris

Polar historique
Note :

   Lorsque histoire et polar se marient cela fait parfois de beaux enfants.
   Sur fond de controverse et de fanatisme religieux, de superstition, de complots, de sorcellerie, le roman de SJ Parris nous promène dans le Londres du XVI ème siècle au temps de la Reine Vierge.
   
   Des bruits courent dans Londres, la Reine va être assassinée et va perdre son trône, tous attendent la Grande Conjonction c’est à dire l'alignement de Jupiter et Saturne qui vont s'unir avec le signe du Bélier et cette conjonction n’a lieu qu’une fois par millénaire!!
   Cette prophétie met le peuple de Londres en émoi et il suffit de rien pour que la foule en proie aux superstitions se déchaîne.
   
   Quand une dame d’honneur d’Elisabeth est assassinée, Sir Walsingham le secrétaire d’état de la reine fait appel discrètement à un italien qui vit à l’ambassade de France sous la protection de Michel de Castelnau l’ambassadeur d’Henri III.
   C’est ainsi que Giordano Bruno, lui même en fuite pour échapper à l’inquisition et réfugié en Angleterre, va mettre son intelligence et sa science au service de la reine.
   Qui ourdit un complot contre la reine, sa cousine Marie Stuart? le roi de France? ou le roi d’Espagne? Il va utiliser son amitié avec Lord Leicester pour résoudre cette affaire tout en restant loin de l’Inquisition qui est sur ses traces.
   
   Toc! d’un coup de plume habile SJ Parris nous fait découvrir le Londres sombre et dangereux à l’époque d’Elisabeth, les rebondissements sont nombreux et l’écheveau bien emmêlé.
   Mais ce qui est la réussite du roman c’est le choix de l’enquêteur, Giordano Bruno! Le célèbre dominicain sent un peu le soufre en raison de son soutien à Copernic et de dons particuliers pour obtenir une mémoire prodigieuse.
   
   Un mélange savant de réalités historiques : Bruno a réellement passé plusieurs années en Angleterre, a réellement vécu auprès de l’ambassadeur Michel de Castelnau, et bien sûr d’une intrigue purement fictive très agréable à suivre.
   
   Ce n’est pas un chef d’œuvre mais tout simplement un polar historique habile et je suis très tentée par "Le prix de l’hérésie" la première des aventures de Bruno chez les Tudor que l'on trouve en poche 10/18.

critique par Dominique




* * *