Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Journal de l’année du désastre de Kathrine Kressmann Taylor

Kathrine Kressmann Taylor
  Inconnu à cette adresse
  Journal de l’année du désastre

Kathrine Kressmann Taylor est une écrivaine américaine d'origine allemande née à Portland en 1903 et morte en juillet 1996.

Journal de l’année du désastre - Kathrine Kressmann Taylor

Encore jamais traduit
Note :

   Dieu sait que l’auteur est aujourd’hui célèbre après la publication de "Inconnu à cette adresse", mais saviez-vous que Kressman Taylor a vécu à Florence et qu’elle y était présente la première semaine de novembre 1966, l’année du désastre?
   Selon votre âge c’est un événement dont vous avez vaguement entendu parlé ou alors comme moi, vous gardez un souvenir précis des images de Florence sous les eaux dans la presse et à la télévision.
   En novembre 1966 l’Arno sortit de son lit et plus encore! Florence fut submergée en quelques heures, des habitants perdirent la vie, bon nombre de florentins perdirent tous leurs biens. Musées, églises, palais, bibliothèques, tout se retrouva sous les eaux.
   C’est cet épisode que retrace le livre de K Taylor. Elle le fait avec un luxe de précisions que lui permet sa situation privilégiée, hôte de la pensione Consigli et elle a une chambre avec vue sur l’Arno.
   Le 3 novembre au soir rien ne laisse présager du désastre imminent
   "Six heures du soir à Florence. Une foule d’imperméables regagne ses pénates par les ruelles étroites du centre ville."

   Mais le lendemain matin la chanson a changé de registre :
   "Ma première vision est un ciel noir de suie et toujours ces trombes d’eau. L’instant d’après je contemple la rivière bouche bée"

   Eh oui l’Arno est devenu un fleuve furieux, un torrent qui crache des flots de boue, de déchets, de mazout, d’objets "Un fauteuil voguant paisiblement, calme et droit " et le flot s’accentue toujours plus au cours des heures " Dans un enchevêtrement de branches vertes passe une vache rouge et blanc"
   C’est l’horreur pour cette ville qui est un joyau, la ville "la plus rare, la plus intime" l’eau déferle à 60 km/heure , les habitants sauvent ce qu’ils peuvent, à la pensione Consigli tout le monde monte d’un étage et K. Taylor s’endort écoutant "dans un demi-sommeil le grondement de l’Arno ."
   Le lendemain c’est un sentiment de désolation qui l’emporte, les ponts endommagés ou emportés, les boutiques dévastées "Le cœur de la belle Florence n’est plus qu’une morne décharge."
   
   K. Taylor, amoureuse de l’Italie, de Florence, va faire le récit des jours suivants, ceux du bilan terrible pour la ville et toute la région, des jours où la ville est coupée du monde, ceux ou les Florentins vont devoir avec dignité et courage, faire face au désastre : 6 000 familles sans abri, 6 000 boutiques balayées, 1 300 œuvres abîmées ou perdues.
   Elle va assister à des scènes de désespoir mais aussi de solidarité, voir la vie reprendre le dessus envers et contre tout.
   
   Paru en anglais quelques mois après l’inondation , c’est une excellent chose que les éditions Autrement choisissent de traduire et éditer ce livre car le récit est très vivant, toujours plein d’empathie pour la population et son courage extraordinaire. Les anecdotes sont parfois drôles, parfois émouvantes et l’on est aux premières loges. Amoureux de l’Italie ajoutez ce livre à votre bibliothèque!

critique par Dominique




* * *