Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Royal Romance de François Weyergans

François Weyergans
  Trois jours chez ma mère
  Royal Romance
  Franz et François

François Weyergans est un écrivain franco-belge né en 1941.

Royal Romance - François Weyergans

Serial lover etc.
Note :

   Difficile de croire qu’il n’y ait pas beaucoup de l’auteur dans son dernier roman. Comme lui, Daniel Flamm, est écrivain. Un écrivain à succès et qui vient de décrocher la timbale grâce à un croustillant homme d’affaires roumain qui l’envoie, tous frais payés et salarié à prix d’or, un peu partout dans le monde pour écrire une histoire du papier après en avoir achevé une sur le sel. Comme lui, Daniel Flamm a le plus grand mal à écrire ses livres qu’il termine dans l’urgence du petit matin, coincé dans une imprimerie. Comme lui, son personnage passe beaucoup de temps à Montréal, y fréquente les librairies, les bars et les restaurants mais aussi et surtout, bien sûr, les femmes.
   
   Et c’est bien l’histoire triste d’un homme qui ne sait pas aimer les femmes et qui le comprendra trop tard que Weyergans ou Flamm, ou les deux au fond, décident de nous conter ici. Car Flamm est un homme à femmes. Marié, père de famille, il mesure son succès social au nombre de ses conquêtes. Elles sont souvent de simples passades, de vagues ombres qui laissent le corps repu et alimentent un tableau de chasse dont on ne tient plus le compte. Jusqu’à la rencontre de Margot.
   
   Elle a vingt-cinq ans, lui plus de cinquante. Elle adore le Royal Romance, un cocktail un peu sophistiqué, vit à Montréal où elle entreprend de devenir actrice. Elle est légère en apparence, extrêmement fragile en réalité. Sa beauté attire les hommes comme la lumière les insectes. Elle ne sait se contenter d’un homme ; il lui en faut plutôt deux en parallèle, au moins. Un pour se rassurer, tenter de croire qu’elle est capable de vivre une relation stable. L’autre, ce sera Daniel, de plus en plus malgré lui.
   
   A cause d’elle, il restera plus de trois mois à Montréal, laissant femme et enfants à Paris. Cela n’empêchera pas quelques incartades car ils ne vivent pas ensemble et la tentation existe comme une preuve à renouveler sans cesse de sa capacité à séduire. Et puis, l’éloignement venu, il faut bien reprendre les habitudes et se lancer à corps perdu dans une nouvelle aventure.
   
   Cela aurait pu être l’histoire d’une passion exclusive et exigeante. Nous comprendrons assez vite qu’il en résultera un désastre dont nous mesurerons toute l’étendue à la toute fin du roman.
   
   Un roman dont l’écriture d’apparence simple, en réalité profondément sophistiquée, souvent drôle et caustique, qui nous dit qu’il est facile de passer à côté de sa vie, si tentant de jouer des autres comme eux se jouent de nous, si douloureux et destructif de comprendre trop tard qu’il ne sert à rien de courir après quelque chose que l’on croit mieux, plus exaltant alors qu’on avait le meilleur à portée de main.
   
   Weyergans écrit admirablement sur le désir, les stratégies de séduction, le stress et l’euphorie qu’il y a à jongler avec des amours parallèles au risque de s’y brûler définitivement. Un livre sur un homme qui aimait mal, irrésolu et dépressif, et qui finira par découvrir le gouffre dans lequel tous glissent inexorablement. Cela aurait pu être lourdement tragique. C’est au contraire délicieusement désenchanté et irrévérencieux comme Weyergans, encore.

critique par Cetalir




* * *