Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une banale histoire de Anton Tchekhov

Anton Tchekhov
  Elle et lui, et autres nouvelles
  La dame au petit chien et autres nouvelles
  La Fiancée et Autres Nouvelles
  Lettres de voyage
  L'Ile de Sakhaline
  Oncle Vania
  Les trois sœurs
  Une banale histoire
  La Cerisaie
  La Steppe

Anton Tchekhov (1860-1904), fils d'un épicier qui fit faillite, devint médecin et exerça cette profession jusqu'à la fin de sa vie. Dramaturge célèbre, il est aussi l'auteur de centaines de nouvelles.

Une banale histoire - Anton Tchekhov

Déprime assurée
Note :

   Moi qui avais de bons souvenirs de Tchekhov, que cette longue nouvelle m’a donc ennuyée au plus haut point!
   
   Le narrateur est un professeur de biologie-médecine de 62 ans, qui enseigne encore, mais pense sa fin prochaine, et n’arrête pas de l’envisager. Il se base sur un auto-diagnostic dont on reste à ignorer les détails. Toutes les deux pages il se dit qu’il va mourir bientôt, dans quelques mois, là tout de suite… c’est le leitmotiv de son récit.
   
   Nicolaï Stépanovitch est mécontent de tout, à commencer par sa femme Varia, devenue épaisse et grippe-sou, il se demande ce qu’il a pu lui trouver autrefois. Sa fille il la trouve égoïste, elle lui coûte cher avec ses cours au conservatoire de musique. Il déteste son futur gendre dont il fait un portrait effrayant. Son fils est officier, qu’est-ce qui lui a pris d’embrasser la carrière militaire? Les étudiants sont stupides, les collègues casse-pied, l’époque insupportable, le théâtre de maintenant imbuvable. Les sorties théâtrales, quel ennui! Une bonne pièce ne devrait pas être jouée, elle se suffit d’être lue. "Je n’ai jamais partagé cet engouement pour le spectacle. A mon avis, si une pièce est bonne, point n’est besoin, pour qu’elle fasse l’impression voulue, d’importuner des acteurs ; on peut se borner à la lire. Si elle est mauvaise, aucun jeu ne la rendra bonne." Intéressant de lire cela sous la plume de ce dramaturge dont les pièces sont et furent si souvent mises en scène…
   
   C’était au temps où le théâtre, occidental en tous cas, était surtout du texte. Ce genre littéraire a évolué, et nombreuses sont à présent les pièces qui reposent presque entièrement sur la mise en scène!
   
   Enfin, il y a Katia, une orpheline dont la famille s’occupe depuis longtemps. Enfant, elle a vécu avec eux, ensuite elle a fréquenté un internat. Nicolaï l’aime davantage que ses propres enfants, bien qu’il la critique aussi beaucoup. Katia est partie jeune vivre sa vie, c'est-à-dire se lancer comme actrice dans une troupe de théâtre, en Europe. Là-bas, elle a connu bien des déboires, amoureux et professionnels et la voilà encore jeune, revenue près de son père adoptif dans une maison qu’elle loue. Aussi désespérée que Nicolaï mais pour d’autres raisons. Ils ne peuvent rien l’un pour l’autre!
   …
   L’on a rarement lu un texte aussi déprimant.

critique par Jehanne




* * *