Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le cycliste de Viken Berberian

Viken Berberian
  Le cycliste

Le cycliste - Viken Berberian

Dans la roue du terrorisme
Note :

   Peut-on être épicurien et terroriste? N'y a t-il pas dans ce cas de figure une contradiction manifeste? Car une bombe glacée et une bombe à fragmentation ont peu de points communs! Par contre (et même tout contre) avec Gheami, qui elle, est une bombe sexuelle, il est prêt à toutes sortes de sauts!
   Le narrateur cloué sur un lit d’hôpital nous raconte son parcours de terroriste à vélo qui semble avoir eu un problème au moment de la livraison de "Bébé". Il se lamente sur la vie, l'amour, la gastronomie et la lutte armée!
   
   De Londres où il fait son apprentissage, de livreur d'objets explosants certifiés à l’Académie Clandestine (qui bien évidement n'a pas pignon, pour changer les vitesses, sur rue!), de "Dimanche de Surveillance" en séminaires "Bombes et objets piégés" entrecoupés d'entrainements cyclistes frénétiques, à Beyrouth pour le feu d'artifice, chaque coup de pédales rapproche du but suprême!
   
   N'allez pas croire que la vie d'apprenti terroriste n'ait que des mauvais côtés, que nenni! Faire partie du groupe des "Avocats", commando de choc, apporte certaines compensations non négligeables... la rubrique "Dépenses Opérationnelles" permet, pour se confondre avec l'ennemi honni, de dépenser des sommes non négligeables chez "Harrods'"entre autres...
   Prenons ce qu'il y a de bon dans la vie, et laissons le reste aux intégristes purs et durs...
   
   Mais les beaux jours ont une fin, direction Beyrouth et l'hôtel Summerland où doit avoir lieu la fête avec la participation détonante de "Bébé".
   
   Pédale coursier, pédale... le salut est à ce prix! Enfin le tien surtout... pour les victimes dites collatérales... ayons une pensée émue!
   
   Notre cycliste, fin gourmet, semble un peu terroriste de pacotille, trop jouisseur des bonnes choses, nourriture et femmes pour sembler réellement dangereux. mais bien évidemment le vélo est une solution pour soigner son embonpoint. Sa douce amie Gheami semble elle aussi bien inoffensive et pourtant. Un beau duo, pas sûr que s'il fait des enfants, ce soient des petits anges.
   
   A signaler un passage où notre héros sur son vélo perché rencontre un cycliste français qui boit du vermouth dans une bouteille thermos de chez "Hermès" et qui déguste du pâté de faisan! Ce qui pour lui explique qu'aucun français n'ait plus gagné le tour depuis une éternité! Ce régime est certainement moins dopant que l'EPO, dont certains ont fait amplement usage.
   
   Une mention est faite aussi du coureur néerlandais Joop Zoetemelk, hommage au vainqueur de la Grande Boucle 1980, un peu oublié désormais.
   
   Quand la gastronomie et l'érotisme font bon ménage, cela donne des phrases succulentes comme celle-ci :
    -Tel du riz iranien enveloppé dans de la feuille de vigne, elle fait rouler mon pénis entre ses paumes.
(Et je pense que lui se pâme et peut-être même tombe dans les pommes!)
   Et l’érotisme-culinaire, l'auteur en connait un rayon!
   
   Mais si ce livre était un repas, je dirais que l'entrée était très réussie, que pour le plat de résistance cela se gâte et que pour le dessert, je n'ai pas été gâté!
   Le café aurait peut-être pu sauver la mise, mais j'en bois rarement, dommage.
   
   Je ne suis jamais réellement rentré dans ce livre, peut-être que si le vélo du narrateur avait été un tandem et que nous ayons fait route ensemble, j'aurais mieux compris sa démarche.
   
   
   Extraits :
   
   - Avant même de comploter, nos destins fusionnaient tel du lierre.
   
   - Mon grand-père examine mon visage de l'air suffisant d'un terroriste à la retraite.
   
   - Tout le monde reste pour une raison, dit mon grand-père. Certains restent pour rester. D'autres parce qu'ils sont prisonniers de leur histoire, de leur foyer. C'est naturel.
   
   - Hosni est un mélange de Beyrouth et de Bengasi, et autres havres de paix.
   
   - Le vélo était vert musulman mais de fabrication américaine, même si certains éléments, comme les freins Shimano, étaient sous-traités au Japon.
   
   - Mais l'assistante du médecin arrive en ondulant : une infirmière mince comme un vermicelle avec une nasse de nouilles filasses en guise de cheveux.
   
   - C'est le chemin qui mène aux enfers. C'est le chemin que je dois faire.
   
   - Mes doigts s'éloignent de l'entrejambe de Gheami qui est une fraise pulpeuse et retournée.
   
   - L'amour n'est peut-être pas aveugle, mais il est sûrement myope.
   
   - À mes yeux, toutes les poules naissent égales. mais certaines ont plus de plumes que d'autres.
   
   - J'avais enfin franchi l'étape qui séparait le gourmand du gourmet, disait-elle.
   
   - Je ne sais pas refuser un repas.
   
   - Mon esprit s'égare dans la géographie tentante du ventre de Ghaemi.
   

   Titre original : The Cyclist (2002)

critique par Eireann Yvon




* * *