Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Sœurs à l'envers et autres textes inédits de Pierre Louÿs

Pierre Louÿs
  Les chansons de Bilitis
  Aphrodite
  Les Sœurs à l'envers et autres textes inédits

Pierre Louÿs est le nom de plume de Pierre Félix Louis, écrivain français né en 1870 et mort en 1925.

Les Sœurs à l'envers et autres textes inédits - Pierre Louÿs

La pornographie littéraire ne date pas d'hier
Note :

   Poussée par la curiosité, j'ai récemment lu "Les Sœurs à l'envers et autres textes inédits" de Pierre Louÿs. C'est le troisième livre sulfureux d'auteurs dits classiques à être chroniqué par moi, à la suite de Josefine Mutzenbacher, "Histoire d'une fille de Vienne" et Oscar Wilde, "Teleny".
   
   Né en 1870 (je m'appuie sur la préface de mon édition, par Alexandre Dupouy) dans une famille de magistrats, Louÿs perd sa mère très jeune et voit son éducation confiée à son demi-frère Georges, dont il restera proche toute sa vie. Des doutes subsistent quant à la vraie nature de leur relation : Georges aurait pu être le père de Louÿs, étant d'un âge proche de la mère de celui-ci tandis que le père officiel était beaucoup plus âgé. Louÿs lui dédicace ainsi "les Aventures du Roi Pausole" en écrivant "Pour Georges. Son fils aîné". Il connaît le succès à vingt-six ans avec "Aphrodite", puis "La Femme et le Pantin" et "Les Aventures du roi Pausole". Puis il s'isole, devient un bibliophile accompli mais y perd tout son argent et meurt à cinquante-cinq ans pauvre, "épuisé par la drogue et la maladie". C'est le premier à attribuer la paternité de certaines œuvres de Molière à Corneille. Les succès de l'époque ont été oubliés, mais depuis, ce sont les innombrables textes érotiques voire pornographiques de Louÿs qui ont été découverts (vendus par son épouse et son secrétaire) et que l'on connaît aujourd'hui, du moins de réputation. Sont également découverts ses catalogues (tel celui où il dresse des observations "ethnologiques sur les Parisiennes des classes inférieures" et les classe en diverses catégories selon leurs préférences sexuelles, ou la liste chronologique et détaillée de ses propres exploits).
   
   Les textes contenus dans "Les Sœurs à l'envers" s'inscrivent dans cette deuxième catégorie de l’œuvre de Louÿs. Très crus, très explicites et dérangeants (protagonistes particulièrement jeunes, inceste, scatophilie...!), ils se succèdent sous des formes différentes (courtes pièces, catalogues) et sont entrecoupés de photographies érotiques de l'époque. Dans certains cas, l'écriture est soignée, le texte littéraire ("Les Sœurs à l'envers", "Elle savait des raffinements"), dans d'autres, Louÿs emploie un langage populaire et vulgaire, la seule finalité du texte tient au caractère pornographique. Ce qui est certain, c'est qu'en la matière, il est difficile de dépasser en audace et en provocation les auteurs dits "classiques" (Bret Easton Ellis perd tout à coup de son caractère osé et trash)!
   
   Si je n'ai pas adhéré au fond j'ai trouvé que les éditions de la Musardine avaient fait un réel travail pour valoriser ces différents textes, entre la préface et la postface, les notes détaillées sur les diverses publications érotiques de Louÿs, les insertions de photos des manuscrits d'origine et les photographies du XIXe/début XXe.

critique par Lou




* * *