Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le temps des offrandes - 2 - Entre fleuve et forêt de Patrick Leigh Fermor

Patrick Leigh Fermor
  Le temps des offrandes - 1 - A pied jusqu'à Constantinople
  Le temps des offrandes - 2 - Entre fleuve et forêt
  Un temps pour se taire
  Mani
  Dans la nuit et le vent

Sir Patrick Michael "Paddy" Leigh Fermor est un écrivain voyageur né en 1915 et mort en 2011.

Le temps des offrandes - 2 - Entre fleuve et forêt - Patrick Leigh Fermor

La suite
Note :

   Patrick Leigh Fermor oursuit son voyage. Au programme, Hongrie et Roumanie. De nombreuses escales confortables en Hongrie, chez des amis ou de la famille de personnes rencontrées auparavant. Évocation de l'histoire hongroise, dans cette plaine qui fut envahie par les Huns, Gengis Khan et les Turcs...
   Page 176, en juin 1934, la seule fois où les actualités l'atteignent, la nuit des longs couteaux, juste quelques lignes. "Personne ne savait quelle était la signification de ces sanglants présages, mais ils répandirent l'effroi et fournirent l'essentiel de la conversation pendant un ou deux jours; puis, noyé par la chaleur et le poids de l'été, le sujet fut oublié."
   
   Une brève et intense histoire d'amour avec une jeune femme mal mariée, puis l'auteur reprend son vagabondage dans les montagnes et les forêts de Roumanie, fuyant les chaleurs de la plaine. Rencontres avec des Bohémiens, des bûcherons, des juifs.
   
   C'est sans doute moins le coup de cœur dû à l'étonnement ravi que pour le premier volume, mais quelle langue! Bravo au traducteur, toujours le même, qui a sûrement contribué au régal de lecture en n'affadissant pas la prose de Fermor. Descriptions vivantes des costumes, des coutumes, un peu d'Histoire et de Géographie, détails des rencontres que l'on sent avoir frappé l'auteur, qui sait les rendre attachants. Il essaie toujours de communiquer, même avec les Bohémiens, faisant appel à des lectures! Ou en latin avec un religieux.
   
   Pour terminer, il visite une île où vivent des Turcs depuis des siècles, ayant gardé leurs caractéristiques. Ada Kaleh, île forteresse en turc. Hélas, cette île fut noyée suite à la construction d'un barrage sur le Danube. (années 70, Ceaucescu!!!)
   
   "Le soleil versait sa gerbe à travers une passoire de feuilles."
   
   "Un oiseau spectaculaire, (...) de la taille d'un corbeau environ et d'un bleu ciel brillant quand il volait, atterrit sur une branche peu éloignée.(un rollier) . Désireux d'avoir un autre aperçu de ses merveilleuses couleurs, je frappai dans mes mains, et il quitta son perchoir comme une création maeterlinckienne."

   
   Le troisième tome, non traduit, me tente beaucoup. A suivre...?!
   
   
   1 - Le temps des offrandes
   2 - Entre fleuve et forêt
   ↓

critique par Keisha




* * *



L'Europe de Paddy
Note :

   Il est temps de reprendre la route et de remettre nos pas dans ceux de Patrick Leigh Fermor, nous sommes devenus un peu ami avec lui et je vous propose pour le reste du voyage de lui donner du Paddy, son diminutif pour les amis.
   
   Ce deuxième volume va nous conduire de la frontière Hongroise à la Yougoslavie.
   
   Vous savez maintenant que les recommandations ne manquent pas à ce jeune homme, il en a une pour le maire d’Esztergom "Veuillez être gentil avec ce jeune homme qui se rend à pied à Constantinople"
   Voilà la recommandation reçue par le maire en ce jour de Pâques 1934, ce qui lui permet de finir la journée dignement
   " un souper chez le maire avec du Barack pour commencer, des flots de vin tout au long, du Tokay enfin, et une brume finit par entourer ces silhouettes superbement vêtues."
   
Le coup d’envoi est donné de cette deuxième partie du voyage, il a été un vagabond sans le sous, un peu mendiant même à Vienne, mais à partir d’aujourd’hui c’est la vie de château qui l’attend.
   Toutes les familles de la vieille Europe rencontrées au fil des routes se sont donné le mot pour lui ouvrir les portes des demeures suivantes.
   Tenez à Budapest, sa halte se fait chez des amis balto-russes de ses hôtes de Munich, Tibor l’accueille et "la manière dont les hongrois entendaient l’hospitalité tenait du miracle à répétition".
   Il va donc en profiter, découvrir Budapest et la langue hongroise, suivre les traces des Turcs ou de Sissi.
   Ses hôtes lui font un cadeau inestimable pour quelques jours de voyage : Malek un bel alezan, des étapes prévues pour assurer le gîte et le couvert au cheval et à son jockey!!
   C’est ainsi qu’il appréhende la steppe hongroise, l’Alföld et ses bohémiens avec qui il chante auprès d’un feu de camp, ou partage un dîner de hérisson.
    Il traverse des villages où "les oies surgissaient de leurs mares pour se précipiter sur le chemin en sifflant"
   il est de nouveau le vagabond qui se contente de peu "je m’assis sous un arbre, mangeai du pain et du fromage saupoudré de paprika, puis une pomme, en écoutant le coucou, la chanson du merle et le bis des grives, pendant que Malek broutait l’herbe à un mètre de moi."
   Une fois Malek rendu à son propriétaire, la tournée des schloss reprend sauf que maintenant il s’agit de Kastély. Partout il est accueilli avec joie, invité à des bals, à des pique-niques, fume le chibouque et arrive ainsi doucement en Transylvanie où va se situer une des plus charmantes de ses aventures, elle porte un joli prénom Balasha Cantacuzene que pudiquement Paddy nommera Angela dans son livre. Il faut dire que la jeune femme est tout ce qu’il y a de plus mariée!!
    Il faut dire qu'ils étaient beaux!
   Découvrir l’Europe et l’amour à la fois avouez que cela mérite quelques pages d’un journal.
   Bien entendu le rythme de son voyage s’en ressent "Tout sentiment de durée s’était évanoui, et c’est seulement aujourd’hui, un demi-siècle trop tard que j’éprouve des remords soudains et rétrospectifs"
   Mais tout à une fin même les plus jolies idylles et notre Roméo reprend la route direction les Carpates. Il se fera bûcheron pendant quelques jours, descend le Danube et ses Portes de fer "C’était de tout le cours du fleuve, la longueur la plus sauvage." Les villes ont changé d’allure "Des maisons pourvues de balcons se regroupaient autour de la mosquée" et il passe une nouvelle frontière à Orsova.
   Hélas trois fois hélas, là s’interrompt le voyage de Paddy. En 1935 il parviendra à Andrinople mais nous ne verrons jamais Constantinople sauf si un esprit joueur souffle sur les lignes écrites et jamais publiées de la suite du voyage.
   
   J’espère que je vous ai donné l’envie de lire ses livres, son écriture enrichit par son expérience, est superbe, ses souvenirs sont magnifiés par l’âge de l’auteur, toutes les scènes de la vie quotidienne, toutes les anecdotes prennent un sens profond. C’est une civilisation au bord du gouffre qu’il nous décrit.
   Cicerone curieux de tout, l’auteur nous fait le tableau d’une Europe qui va se déliter, par là il touche à l’universel.
   L’érudition, la folle culture de l’auteur, amplifiées par les années, rendent ces livres indispensables à toute bibliothèque.
   Cet homme que ses professeurs avaient qualifié de "mélange dangereux de sophistication et d'insouciance" se révèle un écrivain inoubliable.
   Ce sont des livres que j’ai lu et relu , je ne les prête pas je préfère les offrir, ces deux livres sont selon Nicolas Bouvier : "à ranger au rayon des chefs-d’œuvre de l’humanisme nomade."
   
   Quelques mots de biographie
   Après ce voyage Paddy participera à la Seconde Guerre, après avoir été un jeune homme aventureux et intrépide, il sera un soldat courageux.
   Il s’illustrera en Crète en faisant prisonnier un général allemand en avril 1944.
   Une anecdote s’attache à lui à ce moment là : après la capture le général lors d’une pause et admirant le paysage, se met à réciter une ode d’Horace, lorsque la mémoire lui fait défaut Patrick Leigh Fermor, très bon latiniste, murmure les vers suivants. Une belle façon de nous rappeler notre culture commune, un désir d’Europe que la férocité et la barbarie du nazisme ont anéantie pour longtemps mais dont nous pouvons aujourd'hui être les héritiers.

critique par Dominique




* * *