Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Lire, écrire de Paul Willems

Paul Willems
  Lire, écrire

Paul Willems est un dramaturge flamand qui écrit en langue française et qui est né en 1912.
Il est le fils de Marie Gevers, poète belge de la première moitié du XX ème siècle.

Lire, écrire - Paul Willems

Paroles, paroles, paroles...
Note :

   Un livre en deux parties, une consacrée à la lecture et une à l’écriture.
   Les plus belles pages à mon goût sont consacrées à la lecture. C’est superbe et il est difficile de ne pas transformer ce billet en une longue page de citations choisies.
    
   Dans ces pages pleines de lumières Paul Willems nous fait cadeau, car c’est un cadeau, de sa façon de lire, lire au lit, un grand classique, mais surtout lire en train
   "Voilà plus de trente ans que je prends tous les jours l’omnibus à Hove, près d’Anvers, et que je descends à Bruxelles. Quarante minutes de solitude protégée par la foule des voyageurs et rythmée par les roues sur les rails"

   Il ne parle avec personne car "Tous les matins je glisse un livre dans ma serviette. À ce geste, je sens déjà monter en moi la joie de la lecture."
   Quand il lit il se transporte loin et peut par l’imagination "aller au bois de Boulogne où Odette de Crécy passe au grand trot de ses chevaux."
   Mais le lieu plébiscité c’est la bibliothèque du domaine de sa famille, Missembourg, sa mère a écrit sur ce domaine, son étang, ses bois. Dans la bibliothèque "le temps est immobile". Là Paul Willems lit "les pieds aux chenets" et tente de retrouver "les traces du temps" qui ont été déposées entre les pages, languettes de papier jauni, trèfles à quatre feuilles ou encore "ces fleurs cueillies un soir d’été, et qui laissent une auréole jaune sur la page"
    
   La seconde partie s’attache à l’écriture et on y retrouve les mêmes thèmes que chez Claude-Edmonde Magny
   La douleur de l’enfantement n’est pas absente "Ce n’est pas la page blanche qui donne le vertige, c’est la page noircie, souillée de mots."
   Le thème de l’effort permanent que Willems retrouve chez ses écrivains préférés
   "L’effort est immense. Les plus grands écrivains y ont sacrifié leur vie. Balzac et Proust ont succombé au travail. Kleist, Nerval et Artaud se sont suicidés. D’autres se sont systématiquement détruits comme Rimbaud" 
   

   Le doute ici aussi "L’acte d’écrire est dangereux parce qu’il fait douter de soi." mais pour autant écrire est un acte vers lequel on est poussé par une force irrépressible un acte "mû par le désir, la peur, l’inquiétude, la joie, la colère ou par la nostalgie de l’horizon."
    
   En cinquante pages Paul Willems nous livre son paradis et son enfer ! Ami lecteur si tu as aimé les pages de Proust sur la lecture, ce livre est pour toi, le livre idéal pour commencer une année de lecture.

critique par Dominique




* * *