Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Elles de Virginia Woolf

Virginia Woolf
  La maison de Carlyle et autres esquisses
  Mrs Dalloway
  Une chambre à soi
  La chambre de Jacob
  Orlando
  La Scène Londonienne
  La promenade au phare
  Correspondance - Virginia Woolf / Vita Sackville-West
  Nuit et Jour
  Elles
  Les vagues
  Suis-je snob ?

Virginia Woolf, née Stephen, est une romancière anglaise, née à Londres en 1882 . Elle fut élevée dans une ambiance aisée, cultivée et littéraire. Elle publia de nombreux romans et essais. Son premier roman fut "The Voyage Out" et parut en 1915.

Psychologiquement fragile, elle fit plusieurs dépressions et, parce qu'elle craignait de devenir folle, s'est suicidée à Lewes en 1941.

Geneviève Brisac et Agnès Desarthe ont consacré à Virginia Woolf un excellent ouvrage intitulé "V.W. (Le mélange des genres)"; tandis que Michèle Gazier et Bernard Ciccolini nous livraient une biographie de 90 pages en bande dessinée, et Richard Kennedy, un témoignage vécu.

Christine Orban a consacré un roman aux amours de Virginia Woolf et de Vita Sackville-West : " Virginia et Vita". On peut aussi s'intéresser à l'ouvrage intitulé "Les heures" de Michael Cunningham. et il faut voir le livre que son mari Léonard Woolf lui a consacré. On a même ausculté leur jardin.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Elles - Virginia Woolf

Rendez-vous manqué
Note :

   Aujourd'hui, pour la lecture commune consacrée à Virginia Woolf, j'avais prévu de vous parler d'un livre assez court, faute de temps et d'organisation... dans ma gigantesque PAL woolfienne, j'ai jeté mon dévolu sur "Elles", recueil d'essais traitant de femmes méconnues, ayant souvent vécu dans l'ombre de célèbres écrivains. J'avais hâte de découvrir le destin de ces femmes qui avaient suscité l'intérêt de Virginia Woolf.
   
   Force est de constater que je n'aurais jamais dû ouvrir ce livre en cette période où pour diverses raisons mon esprit est un peu ailleurs et ma concentration en berne... si Jane Austen a su me transporter une nouvelle fois tout récemment, Virginia Woolf m'a terrassée avec cette série de textes qui pour certains m'ont paru soporifiques. Après Dorothy Osborne et Mary Wollstonecraft (deux essais intéressants, même si le premier ne m'a pas laissé beaucoup de souvenirs - affligeant quand on constate que je l'ai lu il y a trois jours... mais les textes suivants ont, je crois, eu raison de tout), mon intérêt s'est émoussé... puis est arrivé le quatrième texte intitulé "Dorothy et Jane". J'ai bien cru qu'il ne finirait jamais, je me suis ennuyée à mourir!
   
   Il est donc très frustrant pour moi de rédiger ce billet car je suis bien consciente d'être passée à côté d'un livre qui méritait sans doute qu'on s'y arrête bien plus que je ne l'ai fait.
   
   Les femmes dont parle Virginia Woolf ne sont pas totalement anonymes. Soit elles sont connues, telles Madame de Sévigné ou Mary Wollstonecraft, soit elles vivent auprès de figures célèbres que l'on a (d'abord) plaisir à voir évoluer sous la plume de Woolf. Coleridge, Carlyle, Wordsworth, De Quincey... Sara Coleridge vit en quelque sorte dans l'ombre de son père et consacrera sa vie à prolonger, étudier, donner à connaître l’œuvre de celui-ci. Madame Carlyle vit une amitié chaotique avec Geraldine Jewsbury, qui lui voue une passion excessive, et trop vulgaire mais pleine de l'imagination qui fait défaut à son amie ; Géraldine publie en 1845, "Zoé", un roman qui fit scandale à l'époque (une histoire de fille-mère et de papistes si j'ai bien retenu ce que Virginia voulait bien nous en dire). Mary Wollstonecraft voyage, s'installe à Paris pendant la Révolution, vit de grandes passions et prône la liberté en amour (son portrait est celui qui m'a le plus intéressée).
   
   Cette série aurait pu me plaire par la diversité des profils choisis : beaucoup d'épistolières certes, mais tandis que l'une voyage, l'autre vit à Londres, une autre encore à la campagne, on trouve une aristocrate, des bourgeoises, des femmes qui n'ont pas eu autant de chance au départ dans la vie ; des femmes aux visions différentes. Malgré tout, la forme n'a pas su me séduire, j'ai certes ressenti les impressions de Virginia Woolf mais dans bien des cas, j'ai éprouvé une certaine frustration, car son but n'est pas d'être une biographe exacte et certaines femmes nous restent inconnues après la lecture de ces pages. On a l'impression d'être à la croisée des styles : biographie, liste d'impressions, extraits de lettres, discours indirect, passages au style plus romanesque... et malgré tout ça, je n'avais qu'une hâte une fois arrivée à l'histoire de Jane et Geraldine : tourner la dernière page! C'est vraiment malheureux, d'autant plus j'avais adoré "La Scène Londonienne" et "Une Chambre à soi" (pour parler d'essais)... mais cette expérience est certainement arrivée au mauvais moment!

critique par Lou




* * *