Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Célébrations de la nature de John Muir

John Muir
  Quinze cents kilomètres à pied à travers l'Amérique
  Célébrations de la nature

Célébrations de la nature - John Muir

L'équipée sauvage de John Muir
Note :

   Son biographe dit de lui "il allie la sûreté scientifique du jugement à une expression poétique qui donne à ses écrits un charme singulier."
   
   John Muir car c’est de lui qu’il s’agit, est un des pères de l’écologie et de la protection de l’environnement, mais avant tout un amoureux de la nature, un observateur hors pair et un homme de plume qui sait communiquer son admiration, son émotion devant la nature avec un grand N.
   
   John Muir n’a publié que très peu de livres de son vivant, la plupart des éditions datent d’après sa mort.
   
   Si il a écrit très peu de livres, il a publié beaucoup d’articles qui représentent l’essentiel de son œuvre.
   
   Ce recueil est une sorte d’inventaire savoureux et magnifique, ses randonnées en montagne, les paysages, la faune et la flore, tout est objet d’admiration. Il faut dire qu’il a échappé à la mort lors d’un accident et son regard change de ce jour là son admiration devient de la dévotion car dit-il "Avec l’âge, les sources de plaisir se ferment l’une après l’autre, mais celles de la Nature ne se tarissent jamais."
   
   C’est l’ouest américain qui est son terrain de jeux et en particulier les Rocheuses. La plupart du temps ses randonnées sont solitaires, parfois dangereuses car la nature n’épargne personne et un orage peut se transformer en catastrophe
   
   C’est un homme qui marche léger, peu ou pas de vivres, les nuits à la belle étoile enroulé dans une couverture, pas de tente, pas ou peu de cartes.
   
   On le suit dans ses promenades de géologue, dans la découverte du Yellowstone où "Mille merveilles proclament : regarde en haut, en bas et tout autour de toi", on le suit lors de ses vagabondages dans ce "cher vieux pays des merveilles".
   
   Lisez son article sur l’écureuil de Douglas et sa "force de caractère" le mouton sauvage ou le cincle* "petit bonhomme singulièrement allègre" qui donne des leçons de courage car il "vocalise en toute saison, même dans la tempête "
   
   Bref de séisme en orage, d’avalanches en tempêtes de neige, du Yosemite au Grand Canyon du Colorado, John Muir célèbre les beautés de la nature sans mots inutiles, simplement, sobrement mais avec une belle intensité car pour lui c’est œuvre divine.
   
   Lisez les 17 textes, odes à la nature ou textes engagés de ce militant de la préservation des forêts, des rivières qui fut à l’origine de la création des premiers parcs naturels et en particulier le Yosemite et le Sequoia park
   
   "Quelqu’un a dit un jour que le Grand Canyon pourrait glisser douze Yosemite dans sa poche de gilet"
   
   Ses randonnées étaient quête spirituelle et pour nous elles sont une leçon de nature car il avait fait de ces régions "son domicile, son quartier général. Il passait l’été et l’automne à explorer les montagnes ; l’hiver à reprendre ses notes, à étudier tempêtes et avalanches ainsi que les mœurs des oiseaux et d’autres animaux. Durant ses plus longues randonnées, quand les dernières miettes de pain étaient épuisées, il redescendait jusqu’au point le plus rapproché de la zone de possible ravitaillement et remplissait son sac, avant de se volatiliser à nouveau dans la nature " (John Swett biographe de J Muir)
   
   
   * oiseau de rivière

critique par Dominique




* * *