Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Deux garçons bien sous tous rapports de William Corlett

William Corlett
  Deux garçons bien sous tous rapports

Deux garçons bien sous tous rapports - William Corlett

Vaudeville sympathique
Note :

    Si l'histoire de ce livre était portée à l'écran, elle serait certainement de celle qui ne me retient pas plus d'un quart d'heure. Par contre, adaptée au théâtre, je me laisserais sans aucun doute emporter par les rires surtout si je suis installée dans la salle. Il s'agit en effet d'une forme de vaudeville dont les événements déclencheurs sont on ne peut plus prévisibles et convenus mais pourtant assez jubilatoires. C'est donc en imaginant les scènes sur des planches que j'ai abordé ce livre dès ses premières pages. Rien de bien étonnant que le contexte, la narration, la succession des actions m'y aient amenée puisque la quatrième de couverture précise que l'auteur écrit surtout pour le théâtre.
   
   Rich et Bless, couple d'artistes homosexuels, s'installent dans le château de Bellingford qu'ils viennent d'acquérir dans un tout petit village de la campagne anglaise. Quels ne vont pas être les bouleversements occasionnés par l'arrivée de ces nouveaux propriétaires parmi les habitants du village ! Une belle brochette de personnages stéréotypés attend les nouveaux châtelains, épiant, scrutant et commentant leurs moindres gestes.
   S'ensuit une multitude de situations riches en méprises, malentendus, quiproquos tantôt rocambolesques tantôt ridicules et parfois si réalistes aussi.
   Des situations grosses, bien grosses et pourtant je me suis vraiment prise d'affection pour le jeune Bless, ce jeune homosexuel qui semble, là-bas, être une sorte de paratonnerre attirant toutes les foudres les plus délirantes qui s'abattent sur le village de Bellingford.
   Beaucoup de tendresse aussi se dégage de l'ensemble du livre qui aborde avec délicatesse le droit à la différence.
   
   J'ai passé quelques sympathiques moments de détente en compagnie de ce livre divertissant et tendre qui se joue de bien des préjugés.
   Je pense donc qu'il faut le prendre comme un vaudeville et inutile de chercher plus en profondeur.
   

critique par Véro




* * *



Vaudevillesque
Note :

   Richard, riche producteur londonien de 70 ans, emménage avec son jeune amant Bless dans le château qu'il vient d'acquérir à Bellingford, petit village tranquille de la campagne anglaise. Avec l’arrivée de ce couple homosexuel, les malentendus et quiproquos en tous genres se succèdent, les situations burlesques se multiplient, et un vent de folie se met à souffler sur la bourgade…
   
    «Deux garçons bien sous tous rapports» est une comédie sympathique et sans prétention. L’idée de base est excellente : la confrontation entre Richard et Bless, citadins branchés, et les habitants du village choqués par la présence d'un couple d'hommes ne manque pas de piquant et est propice à un déluge de rebondissements loufoques. La galerie des personnages est haute en couleurs : tous les protagonistes sont plus ou moins déjantés, qu’il s’agisse des excentriques amis londoniens des héros ou des autochtones. De ce fait, plusieurs scènes sont amusantes, et on sourit souvent.
   
   On sourit, mais on ne rit pas vraiment. Force est de constater en effet que le roman n’est pas à la hauteur du potentiel comique de l’intrigue. La faute peut-être à une histoire qui a tendance à s’éparpiller, à un trop grand nombre de personnages et à des dialogues parfois confus (difficile de savoir qui parle). De surcroît, le roman prend de temps en temps un tour un peu trop irréaliste pour être crédible.
   
   Impression mitigée donc. «Deux garçons bien sous tous rapports» permet de passer un agréable moment de détente, mais il n’est pas inoubliable. Vu le sujet, je m’attendais à un roman beaucoup plus tordant.

critique par Caroline




* * *