Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Bible de néon de John Kennedy Toole

John Kennedy Toole
  La conjuration des imbéciles
  La Bible de néon

La Bible de néon - John Kennedy Toole

Maladresses touchantes de deux jeunes auteurs
Note :

   Ou "Il suffisait de le demander": Sibylline ayant exprimé le souhait de lire un commentaire de "La bible de néon" de John Kennedy Toole, je m'empresse de jouer la bonne fée de service, et de rassembler mes souvenirs de ma lecture de ce livre... Un roman un peu maladroit, il est vrai, mais aussi véritablement touchant et attachant. John Kennedy Toole y raconte l'enfance et l'adolescence d'un jeune garçon de milieu modeste, dans le Sud Profond des Etats-Unis, pendant et juste après la guerre de 40-45, où son père a trouvé la mort. C'est donc l'histoire d'un jeune garçon qui grandit entre deux femmes, sa mère - qui ne s'est jamais vraiment remise de la mort de son mari - et sa tante Mae, une femme indépendante et "libérée" - comprenez par là, objet de scandale en ce temps et en ce lieu pas précisément progressif.
   
   John Kennedy Toole nous donne ici un beau roman, sensible et un peu mélancolique, qui a fait l'objet d'une très jolie adaptation cinématographique par le réalisateur britannique Terence Davies. Terence Davies s'est tout d'abord fait connaître par deux films inspirés de ses souvenirs d'enfance: "Distant voices still live" et "Long day close" qui évoquaient sur un mode onirique la vie de la "working class", le travail parfois dangereux sur les chantiers de construction, les fins de mois difficiles, l'alcoolisme, la violence et les soirées au Pub, illuminées par les chansons reprises en choeur. Et Terence Davies apporte cette même touche d'onirisme à son adaptation de "La bible de néon", livrant un film original, sans doute un peu maladroit mais lui aussi profondément attachant. Un film en outre porté par le charisme de Gena Rowlands, formidable dans le rôle de tante Mae. Le livre et le film méritent amplement une découverte!
    ↓

critique par Fée Carabine




* * *



Prémonitoire désespoir
Note :

   J.K. Toole fut un génie littéraire dépressif et inconnu de son vivant. Né en 1937 à la Nouvelle-Orléans, adulé par sa mère, il fit ses études à l’Université de Columbia, fut professeur, partit à l’armée et chercha en vain à se faire publier de son vivant. Solitaire, meurtri de n’être pas reconnu, il se suicida en 1969 en reliant le pot d’échappement de sa voiture à l’habitacle dans lequel il s’enferma. C’est grâce à l’énergie et à la combativité de sa mère que son roman majeur "La Conjuration des Imbéciles" fut publié en 1980. Ce fut un extraordinaire succès qui lui valut le Prix Pulitzer.
   
   "La bible de néon", tapuscrit inconnu pendant longtemps, fut découvert par hasard par sa mère, plusieurs années après sa mort. Au terme d’une longue bataille juridique entre les ayant droits, il finit par être publié en 1991. Ecrit à l’âge de seize ans, d’une remarquable maturité et inventivité, préfigurant la maîtrise de l’auteur, il constitue le premier volume des deux seuls romans jamais écrits et publiés par Toole.
   
   C’est la misère physique et morale qui est au centre de cette œuvre de jeunesse. Nous sommes dans les années 1940 quelque part dans une petite ville du sud des Etats-Unis. Dans une baraque délabrée, perchée au sommet d’une colline argileuse ravinée par les pluies torrentielles qui se déversent régulièrement, vit une famille blanche typique des exclus du rêve américain. Entre un père alcoolique et violent, une mère silencieuse et qui peu à peu va sombrer dans la folie et une tante obèse et ancienne chanteuse de cabaret, vit Daniel, un jeune garçon discret et sans histoire.
   
   Chaque nuit depuis sa chambre, Daniel aperçoit une odieuse enseigne lumineuse qui tente de racoler des ouailles égarées vers le Pasteur local. C’est "la bible de néon", symbole de l’ostracisme que le reste de la ville, sous l’impulsion du prêtre intolérant et méprisable, fait subir à cette famille honnie, en marge de la communauté bien pensante environnante. Il ne fait pas bon de ne pas se conformer aux us américains dominants, royaume de la superficialité et du paraître.
   
   Toole va réussir à installer un climat lourd, fait de tensions implicites, d’éclats de pure violence qui trouvent leur résonance dans le personnage discret et secret qu’est Daniel. Au fur et à mesure que le temps passe, la déchéance familiale grandit et Daniel subit les brimades d’un entourage social pleutre et lâche. Avec la mort du père sur le front, Daniel devra abandonner l’école et tenir le rôle de chef de famille, un chef broyé entre une mère poussée vers l’asile par le Pasteur et une tante qui reprendra sa liberté en tentant une deuxième carrière aussi tardive qu’inespérée.
   
   La description du changement de la société au cours de la deuxième guerre mondiale, les femmes devant s’émanciper avec les hommes au front, est particulièrement saisissante. C’est aussi la seule période vraiment heureuse mise en scène dans ce roman par ailleurs d’un profond et prémonitoire désespoir.
   
   La conclusion, inattendue et terrifiante, éclaire les premières pages qui étaient restées jusque là en totale déconnexion d’un récit captivant. On referme le livre admiratif de la prouesse d’un jeune homme de seize ans caractéristique de ce que l’on appelle maintenant un enfant précoce. Un homme supérieurement intelligent et désespéré par l’incapacité à concilier le cérébral et l’affectif.
   
   A ne pas manquer.

critique par Cetalir




* * *