Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Triburbia de Karl Taro Greenfeld

Karl Taro Greenfeld
  Triburbia

Karl Taro Greenfeld est un journaliste et écrivain nippo-américain né en 1964 au Japon.

Triburbia - Karl Taro Greenfeld

Evolution du microcosme
Note :

   Rentrée littéraire 2013
   
   
    Vous aimez New York? (Là j'en vois qui ont déjà sorti leur passeport) Manhattan? (J'en entends qui soupirent)
    Cap donc sur le quartier de Tribeca (acronyme de Triangle below Canal Street)
   
   D'assez courts chapitres axés sur différents habitants de Tribeca, ayant pour point commun de partager un petit déjeuner après avoir déposé leurs enfants à la même école, permettent de suivre l'évolution du quartier (où habiter un loft n'est pas accessible au premier venu!), en un kaléidoscope maîtrisé et passionnant.
   
    "Qu'est-ce qui les rassemblait? Encore maintenant, ils se posaient la question. L'ingénieur du son regardant Sumner avec dégoût, l'auteur dramatique qui ne voyait dans le sculpteur qu'un goy à l'esprit médiocre, le mémorialiste qui leur en voulait à tous de n'avoir pas pris sa défense quand on l'avait cloué au pilori, le photographe se demandant régulièrement pourquoi il trainait avec cette bande de médiocres. C'est par hasard qu'ils avaient des enfants à peu près du même âge fréquentant la même école. Et le vague sentiment de parenté qu'ils éprouvaient, ils le devaient à ce qu'ils n'étaient pas - ni avocats, ni banquiers, ni dirigeants de sociétés d'investissement, comme tant de ceux qui débarquaient maintenant à Tribeca."
   
    "Les riches d'ailleurs semblaient arriver en nombre sans cesse croissant. Au début, elle n'avait pas remarqué le changement : la disparition des Ford cabossées au capot aussi long qu'une table de pingpong et des break Volvo avec de la toile adhésive en guise de vitre arrière au profit des Mercedes et Land Rover dernier cri, garées le long des trottoirs et l'air abandonné sous l'éclairage triste de la rue, mais rutilantes, attirant le regard, et malgré cela pouvant rester intactes de journées d'affilée, signe de l'embourgeoisement du quartier."

   
    Un quartier pluriculturel, pluriethnique et religieux, et bobo, en gros.
   
   J'ai beaucoup aimé ce roman, qu'on ne lâche pas, tellement l'auteur (à suivre, certainement!) excelle à croquer ses personnages et à installer le lecteur directement dans le vif du sujet.
   
    L'auteur, dont c'est le premier roman, habite Tribeca, il est né à Kobé d'une mère japonaise et d'un père américain.

critique par Keisha




* * *