Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Sulak de Philippe Jaenada

Philippe Jaenada
  Le Cosmonaute
  Les brutes
  Le chameau sauvage
  Plage de Manacora, 16h30
  La femme et l'ours
  Sulak
  La petite femelle
  Spiridon superstar

Philippe Jaenada est un écrivain français né en 1964.

Sulak - Philippe Jaenada

Romantisme du brigand
Note :

   Rentrée littéraire 2013
   
   
   Comment passer de légionnaire, fils de légionnaire à braqueur de haut vol, faisant tourner en bourrique gendarmes, policiers, gérants de moyennes surfaces et bijoutiers de prestige? Philippe Jaenada administre la leçon en près de cinq cents pages.
   
   Bruno Sulak, voleur charismatique des années 1970- 1980 croque la vie à pleines dents. Tour à tour écorché vif, perpétuellement en cavale, généreux et dispendieux, Sulak apprécie le beau : voitures, montres, pierres précieuses et jolies filles. Connu pour sa violence mesurée (à savoir : pénétrer dans un lieu, menacer le personnel en pointant une arme, le menotter immédiatement pour éviter tout débordement, se faire remettre les liquidités ou bijoux, virer les chèques non encaissés dans une poubelle, puis disparaître sans émettre le moindre coup de feu), ce gentleman cambrioleur ne fait pas que des heureux : les pandores ne supportent plus de se voir tourner en ridicule par la presse zélée (la guerre des polices sévissant à ce moment-là octroiera pas mal de jours de congé au malfaiteur), sa famille s'inquiète de cet engrenage infernal, sa fille grandit sans sa présence.
   
   Philippe Jaenada a réussi là une très jolie biographie. On le sent sous le charme de ce criminel peu ordinaire et c'est peut-être le seul reproche à lui adresser : attachant, idéaliste et meurtri, Bruno Sulak est montré sous ses fêlures. L'auteur tempère systématiquement les actes de son héros avec des justifications parfois analytiques, limite anarchistes. Bref on adhère ou pas au discours. Mais il serait fallacieux de ne pas reconnaître le talent de Jaenada : formidable conteur à l'humour toujours présent, il sait distraire son lectorat à l'aide d'incursions sur sa vie privée (qui frôlent très souvent le hors sujet mais ont l'art d'amuser, de dépressuriser une tension qui s'emballe), s'est amélioré dans la technique des parenthèses ouvertes - son tic littéraire- une vraie sinécure comparée au traitement stylistique opéré dans "Le cosmonaute". Alternant récit chronologique et présentation des différents protagonistes (la belle Thalie, le fidèle Steeve, les frangines etc), Philippe Jaenada convainc et dénonce une société viciée par l'argent dont le détournement pèse plus judiciairement que quatre vies menacées, un monde devenu inhumain.

critique par Philisine Cave




* * *