Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La nuit en vérité de Véronique Olmi

Véronique Olmi
  Bord de mer
  Un si bel avenir
  Sa passion
  Numéro Six
  Le Premier amour
  La nuit en vérité
  La promenade des Russes
  Une séparation
  Cet été-là
  Bakhita

Véronique Olmi est une écrivaine française née à Nice en 1962.

La nuit en vérité - Véronique Olmi

Plouf...
Note :

   Rentrée littéraire 2013
   
   
   Enzo, 12 ans est un garçon en surpoids qui vit seul avec sa mère, Liouba, dans les beaux quartiers parisiens. Liouba est femme de ménage et occupe à ce titre une chambre dans un très bel appartement de gens riches qui n'y sont que très peu souvent. La cohabitation n'est pas évidente entre cette jeune femme, "toujours dans les vingt" (qui n'a donc pas trente ans) et ce garçon qui entame sa période adolescente dans des conditions exécrables : il est le souffre-douleur silencieux de ses camarades de classe : son poids, son odeur, sa mère-une-bonne, son origine sociale, tout cela le désigne comme tel à leurs yeux d'enfants nantis.
   
   Beaucoup de questions sont abordées dans ce roman, entre autres, la maternité, la condition sociale, l'adolescence, la recherche de ses origines, la paternité, la mort, la vie, ... et tant d'autres. Tous les questionnements qu'un garçon mal dans sa peau, mal aimé -pas du tout par ses collègues de classe, trop exclusivement par sa mère- peut se poser. Véronique Olmi s'empare d'une période pas facile pour nos enfants, le passage par le collège, ces quatre années où tout sera scruté, observé, moqué : l'habillage, la coupe de cheveux, le poids -ou surpoids, où un rien, une différence crée un gouffre infranchissable entre la masse et l'élève isolé. "Enzo sentit la classe, tout autour de lui, une agrégation indifférenciée qui s'appelait : les autres. [...] Il était plus utile à la classe que n'importe qui, la bêtise des autres s'appuyait sur lui, il était la cariatide de leur désœuvrement, et il sentit le crachat dans son cou." (p.81)
   
   C'est un roman qui verra Enzo quitter l'enfance, se détacher de sa mère décalée pour sans doute mieux la retrouver. Un roman d'introspection, dans lequel Enzo se cherche, se trouvera en partie grâce à ses rêves qui le font avancer, découvrir ou deviner ses origines (ses lectures inspireront ses songes, ainsi que des lieux).
   
   Véronique Olmi écrit bien, alterne des passages vifs, notamment des descriptions qui habituellement sont plus lentes : "L'appartement était très grand. Très vieux. Refait à neuf. Il était en plein cœur de Paris, derrière les jardins du Palais-Royal, tout près des Tuileries. Un Paris idéal. Entre le Louvre et la Comédie-Française." (p.11) et des phrases plus longues lorsque Enzo est plongé dans ses réflexions, ses questionnements.
   
   Ceci étant dit, elle n'évite pas les clichés sur le personnage d'Enzo, gros et décalé socialement, ce qui énerve au plus haut point ses camarades et sur les situations. Du gros, du lourd, si je puis me permettre ce malencontreux télescopage de mots! Un écrivain parfois en gros sabots, comme on dit par chez nous. Pas mal de longueurs également, des étirements du texte ou des situations dont on se passerait bien et qui n'apportent rien au livre si ce n'est 100 ou 150 pages en plus. Disons pour être franc et court que, hormis les paragraphes concernant les soldats russes pendant la guerre de 14/18, leur rébellion en 1917 lorsqu'ils apprennent la Révolution dans leur pays, rien dans ce livre n'est neuf ou inoubliable. Ma première expérience de lecture de Véronique Olmi ne fut donc pas une grande réussite.

critique par Yv




* * *