Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Nos étoiles contraires de John Green

John Green
  Ados: Qui es-tu Alaska?
  Ados: La face cachée de Margo
  Ados: Nos étoiles contraires

Ados: Nos étoiles contraires - John Green

C'est triste, mais c'est beau !
Note :

   Thèmes : Maladie, Cancer, Mort, Amour
   
    Superbe roman sur la vie, "Nos étoiles contraires" raconte l'histoire d'amour peu commune et émouvante de deux jeunes gens tous deux atteints d'une maladie grave. Hazel, 16 ans est atteinte d'un cancer et rencontre, lors d'un groupe de soutien, Augustus, un autre jeune qui est en rémission. Ils vont apprendre à se connaître, entre rires et sarcasmes ironiques sur la vie, la maladie, la mort et la littérature...
   
   Aussi fougueux, aussi vibrant, aussi animé d'un sentiment impérieux et incontrôlable : celui de vivre et d'aimer, "Nos étoiles contraires" est un roman à ne pas manquer, terriblement humain et beau. Beau par sa simplicité, beau pour toutes les émotions par lesquelles vous allez passer en parcourant ces pages riche en drôlerie et en sensibilité. Avec son talent, John Green raconte cette histoire poignante, entre rires et larmes, mais sans jamais tomber dans le larmoyant. Le drame est déjà là. Autant vivre et avancer comme on peut. Les émotions simples sont aussi les plus sincères, les plus puissantes et les plus authentiques. Comme si le fait de savoir que le temps est compté, rien ne doit nous échapper et surtout pas l'amour. "Nos étoiles contraires" n'est pas sans rappeler un autre roman tout aussi percutant et fulgurant "Je veux vivre" de Jenny Downham. J'ai beaucoup aimé la personnalité d'Augustus qui mène son quotidien à coups de fausse cigarette et se joue de la mort en balançant des répliques cyniques et drôles.
   " - Tant qu'on ne l'allume pas, la cigarette ne tue pas, a-t-il déclaré, quand maman est arrivée à ma hauteur. Et je n'en ai jamais allumé une seule de ma vie. C'est une sorte de métaphore. Tu glisses le truc qui tue entre tes lèvres, mais tu ne lui donnes pas le pouvoir de te tuer."
   

   C'est un de ces romans qui nous parle d'un sujet grave mais qui nous en met plein la vue grâce à la tonne d'espoir qu'il communique. John Green ne nous laisse pas le pire, au contraire. Il nous offre le meilleur dans un roman coup de poing, où la vie est plus forte comme un souffle qui continue de nous traverser malgré la mort. Comme dans tous les romans de l'auteur, on apprécie sa plume délicate qui nous raconte le quotidien, la vie, la mort, l'amour mais sait aussi nous dire à quel point tout ça est merveilleux et unique. Un roman lumineux et porteur. Oh oui! Porteur de tout! On apprécie sa justesse de ton, la teneur de ses propos intelligents et sublimes, ses réflexions qui ne peuvent que nous toucher. Il n'épargne en rien les détails de la maladie et les souffrances physiques subies par Hazel.
   
   C'est l'histoire de deux cancéreux qui vont s'aimer et souffrir ensemble. Mais pas que... parce que John Green a une écriture symbolique et métaphorique, il évoque des questions essentielles, existentielles et nous offre de bien jolies phrases. Ce n'est pas un roman triste même s'il vous fera verser des larmes. C'est un roman plein de verve, mené tambour battant par ce sentiment de fureur, la rage de vaincre. Une belle revanche, une leçon de vie qui nous fait sentir incroyablement vivant et c'est ça qui est bon.

critique par Laël




* * *