Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La peur - L’antisémitisme en Pologne après Auschwitz de Jan T Gross

Jan T Gross
  La peur - L’antisémitisme en Pologne après Auschwitz

Jan Tomasz Gross est un écrivain et historien américano polonais, né à Varsovie en 1947. Il enseigne et vit aux USA.

La peur - L’antisémitisme en Pologne après Auschwitz - Jan T Gross

Quand les voisins se font bourreaux
Note :

   Un sujet grave et difficile, celui de l’antisémitisme en Pologne après la Seconde Guerre mondiale. La Pologne a perdu 90% de sa population juive et rares sont les survivants qui sont revenus se réinstaller dans leur pays d’origine. Quand ils reviennent ils sont accueillis non seulement froidement mais avec une réelle animosité.
   Ces personnes qui viennent de passer des mois en camps de concentration ou en exil en URSS, qui ont pour la plupart perdu toute leur famille, sont à nouveau victime d’antisémitisme.
   Et l’incroyable se produit, alors que chaque famille polonaise eût à souffrir de l’occupation nazie, une hostilité se manifeste à l’égard des juifs survivants.
   Il va y avoir plus de juifs tués après la fin de la guerre qu’avant celle-ci. Des pogroms eurent lieu dans plusieurs villes, presque en toute impunité. Ce qui paraît impossible et impensable a pourtant lieu. Il y eut sans doute plus d’un millier de victimes dans tout le pays.
   
   Lorsque l’on cherche les causes de ce déferlement de violence la première raison invoquée est un soi-disant soutien apporté par les juifs au communistes lors de l’invasion d’une partie de la Pologne par l’URSS en 1939.
   Cette explication est largement insuffisante "Il est surprenant que les tenants de cette explication, prompts à dénoncer l’accueil chaleureux que les Juifs réservèrent prétendument aux Soviétiques en 1939, n’évoquent jamais la joie que manifesta une frange de la population lors de l’arrivée des nazis, dans l’est du pays, en 1941…"
   
   Jan Gross pense qu’une "des racines fondamentales du conflit entre les Polonais et les Juifs après la guerre, était l’appropriation illégale de biens appartenant à des Juifs pendant la guerre."
   Un peu partout des pillages avaient eu lieu lors de la déportation des familles juives, vols et pillages souvent perpétrés par... leurs voisins. Des polonais occupèrent les appartements et des maisons des Juifs Polonais déportés, certains même passèrent de spectateur à délateur auprès des autorités nazies.
   Après guerre des questions se posaient "qui s’était enrichi au dépens des juifs et dans quelles proportions?" d’ailleurs l’administration n’avait pas été en reste dans cette main mise sur des biens juifs.
   
   En juillet 1946 à Kielce un jeune garçon de 8 ans fugue pour aller rejoindre des amis à quelques kilomètres, il rentre le soir même à son domicile mais le lendemain le père porte plainte accusant les juifs d’être à l’origine de l’enlèvement de son fils.
   La foule se rassemble, un homme juif est suspecté, des immeubles sont perquisitionnés sans rien trouver et tout dégénère.
   La foule s’arme de barre de fer, de pierres, des juifs sont défenestrés, des coups de feu sont tirés.
   Les personnes hospitalisées ont peur de représailles et craignent une attaque de l’hôpital par la foule.
   "Tout au long de la journée, dans toute la ville, des hommes en uniforme, des soldats, des policiers, des scouts des cheminots, poursuivirent, agressèrent, frappèrent et tuèrent des Juifs"
   

   Le Parti communiste avait tout à gagner aux dissensions entres les communautés, le PC local suggéra après le pogrom que "l’on crée une institution pour faciliter le départ des Juifs de Pologne"
   L’Eglise catholique quant à elle ne trouva pas nécessaire de s’adresser à ses fidèles par une lettre pastorale et en réponse à 9 journalistes étrangers qui l’interrogeait, le Cardinal Hlond précisa "J’ai enquêté sur les faits et je n’ai pas découvert d’éléments justifiant la publication d’une lettre". Plus tard il y eu une condamnation vague pour les "violences" commises, sans pour autant parler de pogrom ou de juifs. L’Eglise ferma les yeux une nouvelle fois.
   Pas d’éléments? 43 personnes furent tués ce jour là à Kielce.
   
   Jan Gross livre une étude extrêmement précise et détaillée du pogrom de Kielce qui eût lieu le 4 juillet 1946 et d’une façon générale de la vague de violence qui se produisit, des réactions officielles, des mesures prises ou plutôt l’absence de mesures.
   
   C’est un livre d’historien, tout est passé au crible, les documents policiers de l’époque, les enregistrements des témoignages, les interrogatoires des polonais spectateurs ou acteurs. Il montre les réactions de toutes les instances. : administration, Parti Communiste Eglise catholique, justice. "Là où il devrait y avoir une culpabilité et une honte absolues il n’y a qu’un silence gêné"
   
   Jan Gross est américano-polonais ce qui lui donne une crédibilité certaine. Il fut la cible de procès en Pologne pour diffamation et incitation à la violence! Les charges furent finalement abandonnées.
   
   Il a publié un livre qui sous le titre "Les Voisins", porte sur les réactions du village Jedwabne dans lequel en 1941, les Polonais, inspirés par les Allemands, ont brûlé des centaines de juifs.
   
   Pour moi un livre utile "Un livre écrit avec passion par un auteur engagé" qui a le mérite d’informer sur des faits passés sous silence. Comme dans de nombreux pays occupés, comme en France, comme dans les Pays Baltes, il est bon que des livres comme celui-ci paraissent. Ce n’est pas en niant le passé que l’on peut en éviter le retour. Ce n’est pas en niant l’antisémitisme qu’on le fera disparaître.

critique par Dominique




* * *