Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

D comme: Les Quatre de Baker Street, Tome 4 de Jean-Blaise Djian

Jean-Blaise Djian
  Ados: Les Quatre de Baker Street (T1) L'affaire du rideau bleu
  D comme: Les Quatre de Baker Street, Tome 4

Djian ou JB Djian est le nom de plume de Jean-Blaise Mitildjian, scénariste français de bande dessinée, né en 1953.

D comme: Les Quatre de Baker Street, Tome 4 - Jean-Blaise Djian

Les Orphelins de Londres
Note :

   Dessinateur : David Etien
   
   
   La médiathèque n'ayant pas le tome 3 des Quatre de Baker Street, me voilà déjà avec le tome 4... un peu dommage car dans le tome 3 on rencontre un nouveau personnage, Bloody Percy, arrêté grâce à Sherlock et aux Quatre de Baker Street. Lorsque débute le tome 4, Bloody Percy parvient à s'échapper de prison à la veille de son exécution et entend bien se venger rapidement de ceux qui ont conduit à son arrestation.
   
   C'est un tome qui démarre sur les chapeaux de roues. Les journaux annoncent la mort de Sherlock Holmes en Suisse, il serait mort en tombant dans les chutes de Reichenbach lors d'une confrontation avec le terrible Moriarty. Désemparés, les francs-tireurs de Baker Street se disputent et tour à tour, s'éloignent chacun de leur côté, prêt à abandonner l'équipe et à vivre une nouvelle vie. C'est à ce moment que Bloody Percy s'échappe, bien décidé à leur faire la peau, à eux ainsi qu'au Docteur Watson... qui bénéficie d'une protection policière, contrairement aux trois enfants.
   
   Black Tom retourne à Kilburn dans sa famille, il est accueilli à bras ouverts par son oncle, sa tante, ses trois abrutis de cousins et sa jolie cousine. On lui demande cependant de s'introduire dans les maisons des rupins pour voler l'argenterie en compagnie de ses cousins.
   
   Billy erre dans Londres, mais ses pas croisant rapidement ceux de Bloody Percy, il décide de chercher ses camarades à l'aide du docteur Watson, lui aussi désireux d'aider les anciens alliés de Sherlock Holmes.
   
   Quant à Charlie, après avoir volé un peu de nourriture, elle est envoyée dans une workhouse, habillée en fille contre son gré, et forcée de travailler à la blanchisserie, maltraitée, provoquée, heureusement toujours pleine de présence d'esprit.
   
   J'ai trouvé ce tome 4 très réussi, c'est peut-être même mon préféré de la série - du moins, des trois tomes que je connais! Le fait de séparer les francs-tireurs nous permet de côtoyer différents milieux, classiques de la fiction néo-victorienne, milieux dont l'atmosphère est très bien restituée. Loin de fractionner le récit et d'en faire des scénettes sans lien les unes avec les autres, ces histoires parallèles apportent beaucoup de dynamisme et permettent de mettre mieux en avant les personnages, notamment Charlie qui est plus en retrait habituellement et dont on découvre ici avec plaisir toutes les ressources. Davantage un récit d'aventures qu'une enquête policière, ce 4e tome est vraiment très vivant et toujours aussi bien servi par un graphisme irréprochable. Amateurs d'époque victorienne, cette série est faite pour vous!

critique par Lou




* * *