Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Arrête, arrête de Serge Bramly

Serge Bramly
  Arrête, arrête
  Le premier principe Le second principe
  La transparence et le reflet

Serge Bramly est un romancier, scénariste, critique d’art et photographe français, né à Tunis en 1949.

Arrête, arrête - Serge Bramly

Pas besoin de plus long !
Note :

   Rentrée littéraire 2013
   
   
   Vincent, en liberté conditionnelle à Nantes, muni d'un bracelet électronique, le coupe, va voir sa fille, lui dit au revoir, emprunte sa voiture et prend la route vers Paris. Il ne lui reste pourtant qu'un an d'emprisonnement, c'est ce qui étonne le capitaine Pigasse qui se met à sa recherche, interroge son frère, médecin qui a récemment reçu un courrier de Vincent. C'est en partie lui qui raconte cette cavale pendant laquelle Vincent, dans un club échangiste rencontre une jeune femme.
   
   Un roman court qui malgré sa brièveté brosse le portrait de deux personnes à la dérive : Vincent le caïd en cavale et Anne -Gisèle, la jeune femme qui ne sait pas trop où elle en est. Serge Bramly décrit aussi l'attente et l'angoisse du frère de Vincent sans nouvelle qui n'ose pas en parler en famille : sa femme se supporte pas ce frère délinquant et ses enfants ne le connaissent pas (ils ont 11 et 15 ans et Vincent a été enfermé 15 ans). Mi-roman d'amour, mi-roman noir, c'est un bouquin qui se lit très vite, très agréablement. Rien de très nouveau sans doute dans les situations, mais les personnages sont attachants et crédibles. Et le texte est plaisant, rapide, direct. S. Bramly va au plus court des actions, des sentiments sans passer par des métaphores : ses personnages n'ont pas le temps, ils vivent l'instant présent sans vraiment penser à celui qui suit. Assez compréhensible pour un fugitif recherché par la police. D'aucuns gloseront sur le format résolument court, sur le fait que l'auteur aurait pu allonger le récit en nous décrivant la traque des policiers, en faisant monter l'angoisse du frère et la tension au sein de sa famille, en y ajoutant quelques pages -chaudes ou non- sur la relation entre Vincent et Anne-Gisèle, sur leur frustration devant ces 120 pages, etc., etc. Ils auront tort, ces 120 pages sont suffisantes, elles touchent par leur humanité, les vers que cite Vincent et la concision est souvent un art difficile qui réussit sur ce livre à Serge Bramly.
   
   En outre, une belle photo en couverture (signée de l'auteur) d'une actrice que je ne connais pas : honte à moi! Et le début pour vous allécher :
   
   "Les policiers ne comprenaient pas. Qu'est-ce qui lui avait pris? Vincent avait pratiquement fini de purger sa peine. Je ne comprenais pas non plus. Deux inspecteurs. En blouson, plus jeunes que moi : la trentaine. L'un, le cheveu long, gras. L'autre, le visage flou, rien de mémorable. Leur expression disait : marre de perdre notre temps. Mes réponses ne leur plaisaient pas. Elles trahissaient moins mon ignorance, semblait-il, qu'une volonté de faire l'idiot, c'est-à-dire le malin. Vincent avait disparu, après avoir coupé son bracelet électronique. Assigné à résidence, à Nantes? J'ignorais même qu'on lui avait accordé la conditionnelle." (p7/8)

critique par Yv




* * *