Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dahlia de Hitonari Tsuji

Hitonari Tsuji
  Objectif
  La lumière du détroit
  Pianissimo Pianissimo
  Dahlia
  Le bouddha blanc
  L’arbre du voyageur

Hitonari Tsuji alias Jinsei Tsuji (辻 仁成?) est un auteur japonais né à Tokyo en 1959.
Très connu au Japon comme poète, romancier et réalisateur, il est aussi chanteur de rock (groupe de Rock Echoes). Il vit actuellement à Paris.

Dahlia - Hitonari Tsuji

Plante vénéneuse
Note :

   Voilà un livre fascinant et dérangeant à plus d’un titre, à ne pas laisser en n’importe quelles mains. Fascinant par sa forme, car on peut le lire comme un roman fait d’une succession de chapitres qui s’enchaînent les uns aux autres par un des personnages de l’intrigue plus que par la linéarité du récit dont la cohérence globale n’apparaîtra au fond qu’à la toute fin. Ou bien comme une succession de nouvelles, indépendantes les unes des autres, mais qui, lorsqu’on les accole les unes aux autres, mettent un évidence un principe de distorsion de la réalité, le lecteur n’étant jamais vraiment certain de ce qui se passe, de la frontière entre le réel imaginé et le fantasme, le rêve et le rêve éveillé, le cauchemar d’une vie qui sort de tout contrôle ou la peur de perdre ce contrôle. Autant de niveaux de lecture imbriqués les uns dans les autres qui ne font que renforcer le pesant malaise qui s’empare de nous au fur et à mesure que la lecture progresse. Un ouvrage qui tient du fantastique et de l’érotique à la fois, ce dernier se nourrissant souvent, on le sait, de ses propres fantasmes.
   
   Qui est donc Dahlia, étrange prénom d’un jeune homme qui finit par s’incruster dans une famille japonaise d’une petite ville de province secouée par des violences racistes? Un dahlia noir, une fleur vénéneuse et éminemment mortifère qui va faire de l’épouse une esclave sexuelle acceptant tous les traitements les plus dégradants. Mais aussi plonger le mari, longtemps éloigné des plaisirs de la chair, dans une extase orgasmique incomparable sans que l’on sache vraiment si cela eut lieu ou fut simplement rêvé. Séduire l’adolescente de la famille pour en faire une dépravée. Pousser l’aîné de la fratrie à une violence aveugle et jamais condamnée. Mystifier le plus jeune sur le sens de la vie et de la mort. Rendre plus confuse encore la perception qu’a du monde le grand-père, sorte de témoin possédant un ultime sursaut de lucidité de la destruction en cours d’une famille qui n’attendait qu’un agent extérieur pour exploser littéralement.
   
   Tsuji, qui s’était fait connaître en France par son roman "Bouddha blanc" il y a une quinzaine d’années, emprunte ici le thème de "Théorème" de Pasolini tout en l’épurant de son aspect social pour ne se concentrer que sur la confusion qui s’empare d’êtres en pleine dérive.
   
   Un livre brutal et fort qui distillera son effet longtemps après l’avoir refermé.

critique par Cetalir




* * *