Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Garçonnière de Hélène Grémillon

Hélène Grémillon
  Le confident
  La Garçonnière

Hélène Grémillon est une scénariste et romancière française née en 1977. Elle est la compagne de Julien Clerc.

La Garçonnière - Hélène Grémillon

Difficile mémoire
Note :

   Rentrée littéraire 2013
   
   
    1987, Buenos Aires, 11 ans après la junte et ses horreurs, hommes et femmes essaient de vivre malgré les souvenirs qui leur abîment l'âme et les empêchent de poursuivre un quotidien qui a perdu toute sa saveur.
    Quand la parole et les mots dits dans le cabinet d'un médecin aident et libèrent, les blessures demeurent au plus profond de l'être humain et le passé ne peut s'effacer.
   
    Hélène Grémillon s'inspire de faits réels et écrit dans son deuxième roman une histoire complexe et sensible, sur fond de mémoire et de jalousie, une enquête sur l'Histoire et les hommes qui la construisent et la souillent.
    Un roman à tiroir où le lecteur se laisse emporter dans un suspens qui va crescendo et se termine par une fin inattendue et dérangeante.
   
    Une femme Lissandra est retrouvée morte, défenestrée, au pied de l'immeuble où elle vit avec Vittorio, son mari psychiatre. Tout porte à croire qu'elle s'est suicidée et pourtant tout accuse le mari du meurtre de son épouse. La police l'arrête.
    Une de ses patientes, Eva-Maria, va mener l'enquête pour prouver son innocence.
    En l'interrogeant, elle découvre un autre homme, met à jour des zones secrètes, mais elle écoute surtout les cassettes enregistrées de ses derniers patients.
    En retranscrivant les entretiens, elle pénètre dans l'intime de trois personnes, mais aussi dans l'Histoire. L'émotion est forte, sa fille a disparu pendant les heures sombres de son pays, elle boit pour continuer.
    Mais elle comprend aussi que si les victimes sont nombreuses, les bourreaux le sont aussi et ce qu'elle entend la bouleversera à jamais.
   
    Que ce soit la patiente ne supportant pas de vieillir et qui hait les jeunes femmes, l'ancien militaire (bourreau?) malheureux dans son couple ou l'ami du psychiatre torturé, l'histoire de Lissandra, envoûtante danseuse de tango, les témoignages alternent dans un rythme incessant.
    La construction est haletante. Les personnages se croisent entre lumière et ombre, entre quotidien et Histoire, entre amour et jalousie. Le lecteur devient suspicieux et se retrouve en totale immersion.
   
    Un récit très fort.
   
    J'ai aimé ce roman intelligent, d'une grande finesse dans son élaboration et son style.
   ↓

critique par Marie de La page déchirée




* * *



Les ruses de l’âme humaine
Note :

   Après un premier roman remarqué en 2010 «Le confident», l’auteure revient sur le devant de la scène littéraire avec «La garçonnière».
   
    A partir d’une histoire vraie dans l’Argentine de 1987, elle tire de ces événements un récit captivant à la façon d’un thriller.
   Qui a tué Lisandra, la jeune femme défenestrée du psychanalyste Vittorio?
    Comme suspect privilégié, il est emprisonné et déjà condamné aux yeux de la police. Une de ses patientes Eva Maria, à l’annonce de cette nouvelle, lui rend visite. Il la persuade de trouver le véritable assassin, probablement un de ses patients. Il a pris l’habitude d’enregistrer leurs propos sur cassette. Une fois en possession des cassettes, elle se met au travail d’écoute et de décryptage des séances. Vengeance, transfert amoureux, jalousie, comment repérer la parole révélatrice? Eva Maria se perd dans cette recherche jusqu’à perdre de vue le seul être qui lui reste après la disparition de sa fille sous la dictature, son fils Esteban. Jusqu’à penser qu’elle est peut-être manipulée par Vittorio habitué aux ruses de l’âme humaine?
   
   Qui a tué Lisandra?
   Jusqu’au bout, Hélène Grémillon maintient le suspense. La fin surprend par son retournement de situation et de perspective.
   
   Une prose courte qui scande les pensées chaotiques des personnages, des analyses psychologiques ciselées, les pages sur la jalousie sont remarquables.
   A lire
    ↓

critique par Michelle




* * *



Confidences sur canapé
Note :

   "Ce roman est inspiré d'une histoire vraie. Les événements se déroulent en Argentine, à Buenos Aires. Nous sommes en août 1987, c'est l'hiver. Les saisons ne sont pas les mêmes partout. Les êtres humains, si."
   

   Lisandra a toujours pensé que c'était le hasard qui avait fait qu'elle retombe sur son psychiatre, après lui avoir fait faux bond en pleine séance. Mais en fait, totalement subjugué par elle, il fait tout pour retrouver celle qui deviendra sa compagne.
   
   Un soir, alors qu'il rentre chez lui, il trouve le corps de Lisandra en bas de son immeuble, gisant inanimée sur le sol. La police arrive rapidement sur les lieux, sans doute avertie par un voisin et Vittorio se retrouve accusé de l'avoir tuée et est emprisonné. En effet, son alibi (une séance cinéma) ne tient pas .
   
   Eva Maria, une de ses patientes, va le voir en prison après avoir appris le drame, en lisant les faits divers dans le journal. Pour sa part, elle est persuadée que Vittorio est innocent. A sa demande, elle récupère les cassettes des entretiens de Vittorio avec ses patients et les écoute. il garde en effet en mémoire ses dernières séances, et il est persuadé que c'est un de ses patients qui a tué sa compagne. Après avoir écouté toutes les cassettes, elle apporte à Vittorio les retranscriptions, afin qu'il puisse y déceler des éléments à charge.
   
   La fille de cette femme a disparu quelques années auparavant et elle est toujours rongée par ce drame. A ce titre, certains entretiens ne la laissent pas indifférentes, notamment la cassette de Felipe, l'ancien tortionnaire.
   
   La façon dont il est construit est pour beaucoup dans la réussite de ce roman qui ménage le suspens. J'ai beaucoup aimé la retranscription des entretiens entre le psychiatre et ses patients. Très prenant, ce récit se lit comme un roman policier, tout en revenant sur l'histoire de l'Argentine. C'est aussi un roman psychologique, à l'écriture resserrée et on se laisse porter par l'intrigue.
   
   C'est un livre qui vaut vraiment le détour et qui me donne très envie de lire le premier roman de cette jeune écrivaine "Le confident".

critique par Éléonore W.




* * *