Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une collection très particulière de Bernard Quiriny

Bernard Quiriny
  Contes carnivores
  Les assoiffées
  Une collection très particulière
  Le Village évanoui
  L'affaire Mayerling

Bernard Quiriny est un écrivain, critique et professeur belge né en 1978.

Une collection très particulière - Bernard Quiriny

Joliment caustique
Note :

   Déjà avec ses deux précédents recueils de nouvelles «L’angoisse de la première phrase» et «Contes carnivores», Bernard Quiriny, jeune auteur belge, nous avait montré tout son amour des livres et de la littérature au point d’en faire un thème essentiel, quasi obsessionnel de son espace romanesque.
   
   Reprenant le droit fil de ces deux parutions antérieures, B. Quiriny nous livre à nouveau un très original recueil à mi-chemin entre une collection de nouvelles que l’on peut lire indépendamment les unes des autres et d’un roman dont le fil conducteur serait Bertrand Gould, personnage rémanent, omniprésent dans son œuvre, véritable guide dans cet espace où l’absurdité confine au génie.
   
   Gould est une sorte de dandy belge, passionné de littérature, glosant sur le monde qu’il sillonne pour son plaisir. Un double littéraire de l’auteur qui nous ouvre les portes de sa bibliothèque imaginaire.
   
   «Une collection très particulière» s’articule clairement autour de trois thèmes à la fois distincts et intriqués car tous ramènent à Gould qui en est l’exposant, une sorte de conférencier privé pour un ami à son tour narrateur de la cocasserie qui se révèle à lui.
   
   Le premier thème qui donne son titre à l’ouvrage est celui de la collection de livres absurdes, éminemment improbables de Gould dont la passion est de réunir tout ce qui va démontrer l’immense difficulté et l’intensité de l’effort demandé aux écrivains pour accoucher de leur engeance littéraire. Des livres qui s’évaporent dans le temps car ils sont intrinsèquement trop mauvais et recherchent par eux-mêmes à revenir à l’essence thématique. Des livres qui ne peuvent se lire qu’habillé à quatre épingles, réservés à une sorte d’élite dandy. Des livres qui ont tué leurs auteurs ou des tiers. Des livres qui renferment des secrets qui ne se livreront qu’à ceux capables de les décoder, cachés au plus profond des textes. Bref, un monde à la Italo Calvino ou bien encore campé dans l’univers de Borges dont Quiriny est un spécialiste.
   
   Le deuxième thème est celui des villes. Dix villes de la planète qui disent là encore l’absurdité de leur raison d’être car on y dort par exemple inexorablement un jour sur deux, perdant ainsi la moitié de sa vie, ou qu’on y parle trois langues absolument identiques mais que les locuteurs ne peuvent comprendre que s’ils voient toutes les indications dans ce qu’ils sont persuadés être leur seule langue, ne comprenant pas les deux autres pourtant rigoureusement pareilles. Et puis, celle qui se résume en une phrase, une sorte de litote elliptique éblouissante qui résume à elle seule la puissance du texte de Quiriny : «Pleins de confiance, les fondateurs de Livoni construisirent la ville au pied d’un volcan qu’ils croyaient éteints.» Sublime!
   
   Enfin, Quiriny/Gould se mettent à disserter sur des problèmes de société, imaginant des situations aussi délirantes que cocasses depuis que les morts se mettent à ressusciter en masse ou que l’on a trouvé l’élixir de jouvence ou que tout un chacun se voit autorisé, voire encouragé, à changer sans cesse de nom créant un monde où plus personne ne sait vraiment qui est qui quand ce monde ne se met pas, ultime calembour, à faire se rejoindre les mondes parallèles inhérents à la théorie quantique.
   
   Tout cela est extrêmement jouissif parce que joliment caustique, délicieusement impertinent et, surtout, magnifiquement écrit. Un très gros coup de cœur décidément!

critique par Cetalir




* * *