Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Journal d'un apprenti moine zen de Satô Giei

Satô Giei
  Journal d'un apprenti moine zen

Journal d'un apprenti moine zen - Satô Giei

Vivre dans un monastère
Note :

   Ce petit livre nous transporte dans un monastère où pour entrer il faut montrer patte blanche et s’acharner. Si vous résistez à trois jours d’attente sur le seuil alors la porte s’ouvrira.
   
   Ici pas question de luxe, une même pièce sert à la fois de salle de méditation, de réfectoire et de dortoir
   
   "ce qu’on prendrait pour une rangée de figurines en terre cuite, en position du lotus, ce sont les anciens déjà assis à méditer"
   

   Tout est fait pour que le moine se dépouille de tous les biens superflus et même du désir de posséder. Les objets personnels sont réduits à leur plus simple expression "on peut loger sur une étagère le matelas qu’on dépliera pour le repos nocturne." une écuelle pour les aumônes et voilà tous les biens du moine.
   
   La vie est rythmée par le son du claquoir à maillet, une "cloche à sonner les heures" car le moine ne fait pas que méditer, non il faut aussi participer aux tâches communes. On peut être trésorier ou cuisinier.
   
   Les temps de repos alternent avec la marche méditative, les prières, les repas, la méditation assise. Les sorties sont faites pour aller mendier à l’extérieur.
   
   Tout est ritualisé "le maniement des baguettes ou la manière de quitter les socques bois, tout, absolument tout le comportement est fixé par des règles."
   
   La frugalité est totale : brouet de riz agrémenté de navet, un peu de thé et voilà le repas terminé!
   
   La cérémonie du thé fait suite au repas et le programme s’établit à la suite : rasage du crâne, bain, ou balayage du monastère selon le jour du mois.
   
   En courts chapitres Satô Giei brosse la vie du monastère : le travail dans le potager, les cérémonies, la ronde de nuit pour parer aux incendies, les rituels, les entretiens avec le maître.
   
   Le moine met toute son attention et sa ferveur au moindre geste de la vie quotidienne et ainsi chemine vers l’éveil.
   
   Agrémenté de petits croquis humoristiques ce récit autobiographique éclaire ce qu’est la vie d’un moine entré au monastère du temple Tôfuku-ji en 1939 c’est surprenant.
   
   Si vous voulez tout savoir de la vie dans un monastère zen, si vous voulez apprendre à "Pratiquer le bien pour le bien", bref si une leçon de sérénité vous tente lisez ce livre.

critique par Dominique




* * *