Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 10 ans: La grande imagerie - Les tours de Jacques Dayan

Jacques Dayan
  Dès 10 ans: La grande imagerie - Les tours

Dès 10 ans: La grande imagerie - Les tours - Jacques Dayan

Pour futurs architectes
Note :

   J'ai toujours eu une étrange fascination pour les gratte-ciel. Sans doute, parce que, quand j'étais petite, je pensais que le ciel avait réellement des démangeaisons. Bref, passons sur cette tranche de vie et ne faisons surtout pas d'association douteuse sur les raisons de cette attirance. Il ne faudrait pas avoir les idées mal placées.
   
   J'ai lu cet album avec deux personnes. Un petit creton de 6 ans (l'âge mininum requis selon le livre) et un copain dans la trentaine. Je pense que le copain dans la trentaine a davantage apprécié que le creton. Il y a sans doute des questions à se poser. Sur l'âge mental du copain.
   
   Cet album n'est pas si simple, en fait. En effet, on ne se contente pas de montrer des photos des tours les plus hautes ou les plus "spéciales" de la terre (la partie que le creton a davantage appréciée) mais ou nous explique aussi comment elles sont construites, avec quels matériaux, comment elles résistent au vent. C'était un peu compliqué pour le jeune mais c'est juste assez d'information pour un enfant un peu plus vieux, ou un enfant qui a déjà des connaissances de base dans le domaine.
   
   Il y a également une section sur le World Trade Center, sur les tours "écologiques" sur les activités et acrobaties à faire en haut des dites tours (avec pour résultat que Creton voulait monter sur le toit de la maison... no comment). On fait donc un tour rapide mais assez technique sur les gratte-ciel. Avec un enfant de 6 ans, il a fallu lire le livre en plusieurs parties pour garder son attention et son intérêt mais avec un plus vieux, ça se lit facilement si le jeune est intéressé par la hauteur des tours et leur situation dans le monde.

critique par Karine




* * *