Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Mas Théotime de Henri Bosco

Henri Bosco
  Le Mas Théotime
  Sylvius

Henri Bosco est né en 1888 à Avignon. Il a enseigné en Algérie, en Afrique, en Italie. Il a obtenu le Prix Renaudot en 1945 pour "Le mas Théotime"
Il a reçu le Grand Prix national des lettres en 1953

Le Mas Théotime - Henri Bosco

Un auteur oublié au parfum de lavande
Note :

    "Depuis dix ans j'habite le mas Théotime. Je le tiens d'un grand-oncle qui portait ce nom. Comme il est situé en pleine campagne, la chaleur l'enveloppe et, du moment que juillet monte, on n'y peut respirer avec plaisir qu'aux premières heures du jour ou bien la nuit. Encore faut-il qu'il passe un peu de brise. Alors on peut se tenir près de la source, sous le buis, car c'est là qu'on rencontre un air doux, qui sent l'eau vive et la feuille."
   

   C’est bon vous êtes dans l’ambiance?
   
   La Provence âpre, celle du travail laborieux, des paysans animés par l’amour de leur terre, des jalousies, des rancunes venues du fond du temps, des querelles de bornages.
   
   C’est là que Pascal Dérivat vit, seul au milieu de ses terres cultivées par la famille Alibert, des simples, des taiseux "modelés aux exigences de la terre."
   
   Lui il herborise, il a "le goût des plantes et des herbes" d’ailleurs il s’est réservé le grenier "le cœur de la maison" là il écrit, dessine, fait sécher arnica ou pariétaire et de là il regarde "filer les saisons".
   
   Il a été accepté par les gens du pays mais pas par Clodius, son cousin et voisin, un teigneux, un violent, un mauvais pour qui tous les prétextes sont bons pour déclencher une querelle.
   
   C’est l’arrivée de Geneviève qui va mettre fin à cette vie calme, Geneviève la cousine de Pascal, son amour d’enfance, celle qui a fait le choix d’une vie de tumulte et qui va faire flamber les hommes et jeter une étincelle sur ce pays où "l'air flambait en colonnes de feu et, du côté de l'aire, entre les meules, montait une odeur de blé et de fournaise"
   
   Lorsque l’on retrouve Clodius assassiné c’est la fin de la tranquillité pour Pascal Dérivat.
   
   Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas d’un polar, Henri Bosco est le peintre d’une Provence oubliée où les hommes font un travail harassant, luttant contre la nature
   "En août, dans nos pays, un peu avant le soir, une puissante chaleur embrase les champs. Il n'y a rien de mieux à faire que de rester chez soi, au fond de la pénombre, en attendant l'heure du dîner. Ces métairies, que tourmentent les vents d'hiver et que l'été accable, ont été bâties en refuges et, sous leurs murailles massives, on s'abrite tant bien que mal de la fureur des saisons."
   

   Son écriture est belle, ses mots sont magnifiques, j’aime sa façon de parler des gens de la terre qui ont eu "du blé et de l’huile, des fils, des filles et des maisons" sa prose mi-ombre mi-soleil à un petit parfum d’autrefois qui me le rend cher.
   
   J’ai trouvé d’occasion un livre regroupant 5 des romans d’Henri Bosco ce qui tombait bien car mes livres de poche tombaient un peu en poussière, j’aurai donc l’occasion de vous reparler de lui.
    ↓

critique par Dominique




* * *



Le grand écrivain provençal
Note :

    Le grand écrivain provençal n'est pas celui qu'on pense. Une révélation pour moi, tardivement mais qui n'en a que plus de prix. Je l'ai déjà écrit, je n'avais lu que "L'Ane Culotte" en mon adolescence lointaine. Plutôt homme du Nord, enfin au nord de la Seine, je ne suis pas particulièrement friand de la couleur locale provençale en général et Henri Bosco ne faisait pas partie de mes projets. Mais les amis m'ont donné envie d'essayer.
   
    "Le mas Théotime" est une presque tragédie à l'antique. Bosco, tout en faisant vivre au mieux cette Provence de rudesse et de travail, ne nous l'inflige pas dans un passéisme outré (le roman date de 1945 me semble-t-il).Ses personnages, à commencer par Pascal le héros narrateur, s'inscrivent dans un climat passionnel fait de retenue et de silences, ce qui n'est pas incompatible. Les tempêtes sous les crânes sont extraordinairement bien ciselées et la langue de Bosco est superbe, envoûtante, tellement au-delà du terroir. "Le mas Théotime" pourrait se dérouler en Amérique du Sud ou en Grèce, n'importe où peuvent souffrir les hommes, là où se cassent les rêves et se meurtrissent les âmes.
   
   
    "Le mas Théotime" est le plus beau livre français que j'aie lu depuis des lustres .Ce n'est pas pour moi une mince surprise.
   
   
   Citation:
   
   "Elle aimait la maison. Souvent elle se tenait dans sa chambre, car la saison était devenue chaude et déjà, sur, les aires, le soleil brûlait. Pourtant elle ne descendait que rarement vers la source; elle prétendait que les eaux, même limpides, ne sont pas toujours amicales. Il est vrai qu'on ne sait jamais d'où elles viennent, quand elles jaillissent ainsi de la terre;et peut-être y-a-t-il, non loin de leur résurgence, un abyme, où des rivières souterraines alimentent de leur courant silencieux des profondeurs liquides, que nul n'a jamais explorées, et qui dorment à notre insu, noires et lourdes de menace, dans quelque caverne de la montagne? Près des sources, disait Geneviève, on perd la raison."

critique par Eeguab




* * *